Accéder au contenu principal

Égypte : un policier et un militaire tués dans une attaque revendiquée par l'EI

Un policier des forces spéciales et un soldat égyptien au Caire.
Un policier des forces spéciales et un soldat égyptien au Caire. Archives, AFP

Un colonel de la police et un conscrit ont été tués, samedi, au Caire, lors d'une attaque aussitôt revendiquée par l'organisation État islamique.

PUBLICITÉ

L’Égypte a été la cible d'une nouvelle attaque terroriste. Samedi 9 janvier, un policier et un conscrit égyptiens ont été abattus par des hommes armés dans le secteur de Gizeh, à la périphérie du Caire, rapporte l'agence de presse publique. L'organisation État islamique a revendiqué cette attaque dans une déclaration postée sur l'application de messagerie Telegram.

"Immédiatement après l'incident, plusieurs barrages mobiles et fixes ont été mis en place [...] afin de localiser et d'arrêter les agresseurs", dit-elle, citant une source proche des services de sécurité.

Deux attaques sur trois revendiquées par l’EI

L’attaque perpétrée la veille dans un hôtel d'Hourghada, sur le bord de la mer Rouge, n’a, elle, pas été revendiquée. Les trois touristes blessés lors de l’assaut se trouvaient samedi dans un état stable. Un témoin est, par ailleurs, revenu sur les circonstances de l’attaque racontant notamment comment les assaillants ont surgi dans l'hôtel et commencé à poignarder les clients.

La police a tué l'un des deux attaquants, un étudiant égyptien d'une vingtaine d'années, et blessé grièvement le second, a indiqué le ministère de l'Intérieur en précisant qu'ils étaient munis d'une "arme sonore". Selon le ministère de l'Intérieur, l'un des agresseurs était un étudiant de Gizeh.

Jeudi, des hommes armés circulant en moto ont également ouvert le feu sur des touristes devant un hôtel de l'avenue Al Haram menant aux pyramides de Gizeh, au sud-ouest du Caire. L'attaque, qui n'a pas fait de victimes, a également été revendiquée par l’EI.

Toutes ces attaques portées en deux jours en Égypte risquent de porter un nouveau coup dur au tourisme. Le ministre du Tourisme, Hicham Zazou, qui s'est rendu sur place a affirmé que les assaillants avaient agi seuls et que l'enquête se poursuivait.

Avec Reuters et AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.