Accéder au contenu principal

Au Caire, le chef de la Ligue arabe condamne les "provocations" de l'Iran

La réunion de la Ligue arabe s'est tenue dimanche 10 janvier au Caire.
La réunion de la Ligue arabe s'est tenue dimanche 10 janvier au Caire. Khaled Desouki, AFP

Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, réunis dimanche au Caire pour adopter une position commune dans la crise diplomatique qui oppose l'Iran à l'Arabie saoudite, ont dénoncé "des actes de provocation" de Téhéran.

Publicité

Sans grande surprise, le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi s’est rangé derrière l’Arabie saoudite. Ce dernier a dénoncé dimanche 10 janvier les "actes de provocation" de Téhéran dans le cadre de la crise diplomatique qui oppose l'Iran à l'Arabie Saoudite depuis que Riyad a exécuté un dignitaire religieux chiite.

Nabil al-Arabi s'exprimait à l'ouverture au Caire d'une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'organisation panarabe, réclamée par Riyad pour dénoncer "les ingérences" de l'Iran dans les affaires des pays arabes.

Le secrétaire général de la Ligue arabe a en outre appelé les ministres réunis à "adopter une position commune, forte et claire, pour appeler l'Iran à stopper toute forme d'ingérence dans les affaires de la nation arabe".

"Le soutien de la ligue arabe à l'Arabie saoudite n'est pas une surprise"

L'Iran, le "moteur direct des attaques"

La crise entre Téhéran et Riyad a éclaté après l'exécution le 2 janvier du dignitaire chiite Nimr al-Nimr condamné pour "terrorisme". Ce défenseur de la minorité chiite et critique du régime a été mis à mort en même temps que 46 autres personnes condamnées dans leur grande majorité pour "terrorisme" et pour appartenance à Al-Qaïda.

>>> À voir sur France 24 : "Vidéo : qui était l'imam chiite Nimr al-Nimr, exécuté par l'Arabie saoudite ?"

La mise à mort de Nimr a entraîné des manifestations et des attaques contre les représentations diplomatiques saoudiennes en Iran, à la suite desquelles Riyad a rompu ses relations diplomatiques avec Téhéran.

Le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir, présent à la réunion du Caire, a dénoncé les "déclarations" iraniennes "hostiles au Royaume d'Arabie saoudite", qui ont été selon lui "le moteur direct des attaques" contre les représentations diplomatiques saoudiennes.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.