Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Singularité spatiale"

France 24
4 mn

Au menu de cette revue de presse française, mardi 12 janvier, la disparition de David Bowie, l’appel à une primaire des gauches, et des nouvelles du satellite Kepler.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
A la Une de la presse française, ce matin, l’hommage à David Bowie, disparu à l’âge de 69 ans.
 
On le croyait immortel. L’artiste de légende aux vies innombrables et aux 140 millions d’albums vendus, s’est finalement éteint, dimanche. Des «vies et une mort», auxquelles Libération consacre un numéro spécial, 32 pages pour évoquer «le son Bowie», «le style Bowie», «l’art Bowie» et retracer les nombreuses «mues et résurrections» de l’artiste, qui avait publié, trois jours avant sa disparition, un album testament, «Blackstar», dont l’une des chansons, «Lazarus», Lazare, tient lieu d’édito, ce matin. Un titre où Bowie dit qu’il est «au paradis», «avec des cicatrices qu’on ne peut voir», «des drames qu’on ne peut voler». «Tout le monde me connaît à présent», chante-t-il, tandis que Libération rappelle à quel point «l’abolition de Bowie, qui a liquidé au cours de sa carrière bien des avatars, est un leitmotiv rhapsodique d’une longévité fragmentée d’autodésintégration et de renaissance en éternel phénix pop, toujours dissemblable».
 
Libération qui consacre son autre Une à tout autre chose: l’appel lancé hier par une cinquantaine de personnalités pour demander une primaire des gauches, en vue de la présidentielle. «La gauche frémit», annonce le journal, qui raconte que les écologistes sont «enthousiastes», le parti communiste «intéressé», le parti socialiste «écartelé», et Jean-Luc Mélenchon, du Front de gauche, «hostile». Les auteurs de cet appel déclarent que la gauche ne doit présenter qu’un seul candidat en 2017 si elle veut être présente au second tour, rappelle l’Opinion, qui estime qu’il s’agit surtout d’une «manœuvre de la gauche de la gauche», qui voudrait dire: «nous ne voulons pas de François Hollande comme candidat à la présidentielle». Une interprétation que contestent les signataires: «Ce n’est pas un appel contre François Hollande, c’est un appel pour se bouger. Ne rien tenter aujourd’hui, c’est aller vers le crash démocratique», assure l’un d’entre eux.
 
François Hollande «se serait (toutefois) bien passé de ce débat», d’après le Figaro, qui met le président au défi d’accepter cette primaire, ou du moins de «feindre» de l’accepter. Car faire mine de se rallier à l’idée, «serait montrer qu’il n’a pas peur de la concurrence et lui permettrait d’engager le match contre les Républicains et contre Marine Le Pen, débarrassé de toute concurrence à gauche. Cela supposerait évidemment une condition, relève le journal: que tous les battus de la primaire, tous sans exception, en acceptent par avance le verdict. Or personne ne peut donner cette garantie. L’offre d’une primaire pour tous n’est donc qu’un leurre et c’est même pour cela que Hollande ne risque rien à dire à tous ses rivaux: «chiche!»». «Adepte de la stratégie de l’édredon, François Hollande laisse dire qu’il serait prêt à se plier à l’exercice pour peu que tout le monde fasse de même», assurent les Echos. «Le chef de l’Etat laisse dire mais n’entend pas se soumettre», précise le Parisien.
 
On termine avec des nouvelles du satellite Kepler qui a encore débusqué une centaine de planètes - une info pour Major Tom, trouvée dans le Figaro.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.