Accéder au contenu principal

Somalie : des islamistes shebab attaquent une base de l'Union africaine

Un soldat de l'Union africaine à Mogadiscio, en Somalie.
Un soldat de l'Union africaine à Mogadiscio, en Somalie. Mohamed Abdiwahab, AFP (archive)

Des islamistes somaliens shebab ont pris d'assaut un camp hébergeant des militaires kényans de la force de l'Union africaine dans le sud de la Somalie. Cette attaque a fait plusieurs dizaines de morts.

Publicité

Une base de la mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom) a été attaquée vendredi 15 janvier par des islamistes somaliens shebab, qui ont tué de nombreuses personnes.

Les Shebab "ont lancé une offensive contre une base militaire à El-Adde", dans la région méridionale de Gedo, frontalière du Kenya et de l'Éthiopie. "Les intenses combats ont causé des pertes, mais nous n'avons pas d'autres détails", a déclaré le colonel Idris Ahmed.

Selon lui, un kamikaze s'est fait exploser avant que les islamistes ne lancent l'assaut. "Il semble qu'ils aient pénétré dans la base", où étaient stationnées des troupes somaliennes et kényanes, a-t-il ajouté.

Un bilan contradictoire

Les Shebab ont de leur côté affirmé avoir tué plus d’une soixantaine de soldats. "Nous avons dénombré et rassemblé 61 corps de soldats (kényans) dans l'enceinte de la base. Toute la ville et la base sont entre nos mains", a assuré Cheikh Abdiassis Abou Moussab, porte-parole du mouvement, sans que l’information ne soit vérifiable pour le moment.

Selon un porte-parole de l'armée kényane, c'est au contraire un camp des forces somaliennes (SNA) voisin d'une base kényane qui est tombé aux mains des jihadistes. "Le camp de la SNA a été envahi et les troupes kényanes ont contre-attaqué pour soutenir la SNA. Les combats se poursuivent (...) et le bilan des pertes de chaque côté est inconnu", a indiqué dans un communiqué le colonel David Obonyo.

>> À voir sur France 24 : "Kenya : la terreur shebab"

C'est la troisième attaque d'ampleur menée contre une base de l'Amisom dans le sud somalien depuis six mois. Les Shebab avaient attaqué fin juin une base burundaise à Lego, puis un camp ougandais à Janale. Selon de nombreux témoignages, les Shebab étaient parvenus à chaque fois à s'emparer temporairement des positions de l'Amisom.

La force africaine avait reconnu des pertes dans ses rangs, sans donner de bilan précis. Les Shebab avaient affirmé avoir tué une cinquantaine de soldats à chaque fois. 

Avec AFP et Reuters

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.