Accéder au contenu principal

Décès du patient en état de mort cérébrale après un essai thérapeutique à Rennes

Les locaux du laboratoire Biotrial, qui a mené les essais thérapeutiques sur le patient décédé, est situé dans le CHU de Rennes.
Les locaux du laboratoire Biotrial, qui a mené les essais thérapeutiques sur le patient décédé, est situé dans le CHU de Rennes. Damien Meyer, AFP. Archives.

Le CHU de Rennes a annoncé dimanche le décès du patient en état de mort cérébrale qui avait participé à un essai clinique mené par le laboratoire Biotrial pour le compte du groupe pharmaceutique portugais Bial.

PUBLICITÉ

Le patient en état de mort cérébrale, après avoir sa participation à un essai clinique pour un nouveau médicament, est décédé, a annoncé dimanche 17 janvier le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Rennes.

"Le patient en état de mort cérébrale est décédé en milieu de journée au CHU de Rennes", a indiqué l'hopital français dans un communiqué, précisant que "l'état de santé des cinq autres patients hospitalisés reste stable". Sur ces cinq patients, quatre présentent des troubles neurologiques dont la gravité n'a pas été précisée. Le cinquième ne présente pas de symptôme.

Aucune anomalie après consultations d'autres volontaires

"Les 84 autres personnes volontaires ayant été exposées au médicament de l'essai" ont été contactées, a fait savoir l'hôpital. Parmi celles-ci, "10 d'entre elles ont été reçues en consultation et ont bénéficié d'un examen au CHU de Rennes, le samedi 16 après-midi. Les anomalies cliniques et radiologiques présentes chez les patients hospitalisés n'ont pas été retrouvées chez ces 10 volontaires", a souligné le communiqué.

L'essai, qui avait démarré le 9 juillet 2015, portait sur 128 volontaires sains âgés de 28 à 49 ans, dont 90 ont pris le médicament et les autres un placebo. Ceux qui sont hospitalisés ont pris la molécule de manière répétée et à dose élevée, avait précisé la ministre de la Santé Marisol Touraine, qui s'était rendu à Rennes vendredi. Des essais préalables avaient été menés sur différentes espèces animales dont des chimpanzés.

Biotrial, un laboratoire agréé par le ministère de la Santé

Cet essai était mené par Biotrial, un laboratoire implanté à Rennes et agréé par les autorités. Il portait sur un antalgique (médicamenet antidouleur) et était effectué pour le compte du groupe pharmaceutique portugais Bial. Le centre Biotrial, agréé par le ministère de la Santé, réalise depuis plus de 20 ans des études pharmaceutiques pour le développement de nouveaux médicaments (traitement de la douleur, de la maladie d'Alzheimer, antibiotiques...), selon son site. Le centre recrute des hommes et des femmes âgés de 18 à 80 ans moyennant une indemnisation de 100 à 4 500 euros.

La ministre de la santé, Marisol Touraine, a rappelé que Biotrial avait fait l'objet de deux inspections de routine en 2014 qui avaient donné des résultats positifs. "C'est un laboratoire connu pour le sérieux des études qu'il mène", avait-elle dit.

Une enquête a été ouverte par le pôle santé du parquet de Paris vendredi quelques heures après l'annonce de l'accident.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.