Accéder au contenu principal

Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens de Londres

 Abdulaziz al-Mashi a créé un mouvement de solidarité pour défendre les droits des réfugiés syriens.
Abdulaziz al-Mashi a créé un mouvement de solidarité pour défendre les droits des réfugiés syriens. Capture d'écran France 24

Alors qu'une conférence est organisée, jeudi, à Londres pour tenter de lever des fonds en faveur des millions de Syriens victimes de la guerre, France 24 est partie à la rencontre de réfugiés syriens dans la capitale britannique. Reportage.

PUBLICITÉ

Alors que le Premier ministre britannique, David Cameron, organise, jeudi 4 février, une conférence à Londres pour tenter de lever des fonds en faveur des millions de réfugiés syriens victimes de la guerre dans leur pays, nos correspondants Hervé Amoric et Lucy Fielder ont rendu visite à quelques-uns de ces réfugiés établis à Londres.

Abdulaziz al-Mashi, réfugié, a créé un mouvement de solidarité pour défendre les droits de ses compatriotes et les aider à s’installer. "Nous faisons campagne depuis le début de la révolution en Syrie, mais tout le monde s’en fiche. Si la communauté internationale avait empêché Assad de massacrer son peuple, les Syriens n’émigreraient pas. Ils viennent vers l’Europe seulement depuis un an", explique-t-il.

>> À voir sur France 24 : "Vidéo : Alep pris en tenaille entre rebelles syriens et soldats d'Assad"

Rateb al-Kanaan est, quant à lui, arrivé en passant clandestinement le tunnel sous la Manche. Il a déposé une demande d’asile il y a un an, espérant faire venir sa famille. "Ils n’ont aucun soutien matériel ou moral, parce que je ne suis pas avec eux. Ma femme, mes enfants vivent dans la peur, chaque nuit", raconte-t-il.

>> À lire sur France 24 : "L'intégration d'un migrant selon son pays d’accueil dans l'Union européenne"

Avec d'autres militants, Abdulaziz al-Mashi organise également un convoi humanitaire à l’intention des migrants de Calais. Un millier d’entre eux sont déjà arrivés au Royaume-Uni et le gouvernement britannique a promis d’en accueillir 20 000 d’ici 2020. Mais pour le Syrien, c'est insuffisant. "C'est pitoyable, ça n'est pas une réponse digne de ce nom. La Grande-Bretagne, membre permanent du Conseil de sécurité, peut mieux faire", estime-t-il, tandis que les organisations humanitaires aussi demandent un effort aux dirigeants européens.

Ces Syriens ont beau être sains et saufs, à Londres, ils pensent à leur famille, restée au cœur du conflit.
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.