Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Agriculture: l'Europe, bouc émissaire ?"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, mardi 9 février, la crise agricole française, et les difficultés des éleveurs de porc, de viande bovine et de lait. La grande distribution et la Commission européenne sur le banc des accusés. Et la campagne démocrate aux Etats-Unis.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
A la Une de la presse française, ce matin, la mobilisation des agriculteurs, qui ont multiplié  les opérations, avant la réunion, hier, entre Manuel Valls et les dirigeants de la grande distribution. Un rendez-vous qui n’a débouché sur aucune annonce concrète.
 
A trois semaines du salon de l’Agriculture, les agriculteurs, en particulier les producteurs de porc, de viande bovine et de lait, dénoncent la chute des prix dont ils rendent la grande distribution responsable. Une baisse des prix que «l’Etat laisse croire qu’il peut maîtriser sur un marché mondial, sans s’attaquer aux coûts et aux normes», d’après l’Opinion, qui l’accuse de faire preuve d’une «grande hypocrisie». Slate met plutôt en cause le manque d’innovation, notamment pour le secteur du lait, dans un contexte de concurrence accrue: «quand le marché mondial se développe, les industriels doivent aussi faire preuve d’imagination pour consolider leurs marges autrement qu’en rabotant les prix aux éleveurs», propose le site.Alors que la colère des éleveurs ne faiblit pas, la Croix a interrogé trois personnalités sur leur vision de la profession. L’ancien commissaire européen de l’agriculture Michel Barnier, la vice-présidente des Jeunes Agriculteurs Céline Imart et le député européen écologiste José Bové affirment que l’agriculture (française) est certes en danger, mais qu’il n’est pas trop tard pour la réformer. De quelles réformes parle-t-on? De faire comprendre aux consommateurs «qu’ils devront payer plus», d’«abandonner le modèle productiviste», accusé de «mener à une impasse»,  ou encore, de développer l’agriculture biologique et de privilégier les produits de proximité.
 
Il faut repenser le modèle agricole, plutôt que tomber à bras raccourcis sur l’Europe, demande l’Opinion, qui s’inquiète de la tendance à «pratiquer le Bruxelles bashing»: «Reporter sur la Commission européenne la responsabilité d’éteindre (cette) crise, c’est fournir toujours plus d’arguments aux Français qui se réfugient dans les bras de ceux qui ont mis le rejet de l’Europe au centre de leur programme». «L’Europe bouc émissaire est de retour», confirment les Echos, qui relèvent qu’«à près d’un an de l’élection présidentielle de 2017, les pro-européens français ne savent plus comment faire de l’Europe une machine à rêver». L’UE semble aussi «impuissante» face au «risque autoritaire» qui menace plusieurs pays d’Europe de l’Est, d’après Libération. Hongrie, Pologne, Slovaquie: «alors que les partis au pouvoir cèdent un à un au nationalisme ultraconservateur, les dirigeants des Etats leaders de l’Union sont à la peine», s’inquiète Libé - une inquiétude partagée par le président du parlement européen Martin Schulz, qui affirme que «le vote autoritaire est à la fois un vote protestataire et la croyance qu’avec l’autoritarisme on résoudra plus facilement les problèmes actuels».
 
On termine avec la campagne, outre-Atlantique, de Bernie Sanders, qui talonne sa rivale Hillary Clinton dans la course à l’investiture démocrate. Après le caucus de l’Iowa, le fringant septuagénaire pourrait bien poursuivre son ascension lors des primaires d’aujourd’hui dans le New Hampshire, d’après l’Humanité, qui évoque «le rêve fou d’une jeunesse américaine»: «Bernie Sanders (être élu) président». Le candidat est très populaire parmi les jeunes. Hillary Clinton, elle, n’aurait pas particulièrement les faveurs des femmes, d’après le site du Monde, qui rapporte que le vote féminin ne lui est «pas acquis».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.