Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

Donald Trump et Bernie Sanders remportent la primaire du New Hampshire

AFP photos | Donald Trump et Bernie Sanders lors de leurs campagnes électorales respectives
5 mn

Les électeurs du New Hampshire ont choisi, mardi, lors de la primaire pour la présidentielle américaine, le démocrate Bernie Sanders le républicain Donald Trump. Des résultats conformes aux prévisions.

Publicité

Contrairement à l’Iowa, les sondages ont vu juste pour le New Hampshire. Le démocrate Bernie Sanders et le républicain Donald Trump ont remporté, mardi 9 février, l'élection primaire dans cet État du nord des États-Unis.

Le tout petit New Hampshire (1,3 million d'habitants) était le deuxième État américain à voter, huit jours après l'Iowa, dans le long processus qui va permettre de désigner cet été les deux candidats, démocrate et républicain, à la Maison Blanche.

>> À relire : "Caucus de l'Iowa : le républicain Cruz l'emporte, Clinton revendique la victoire côté démocrate"

L'apôtre d'une "révolution socialiste" Bernie Sanders, favori dans cet État voisin du Vermont dont il est sénateur, devance de plus de 20 points l’ex-secrétaire d’État Hillary Clinton, gagnante d'une très courte tête dans l’Iowa la semaine dernière. Après le décompte de 75 % des suffrages, 59 % des voix sont allées à Sanders contre 39 % à Clinton.

>> À lire : "Bernie Sanders, la seconde jeunesse d'un 'socialiste fumeur de haschich'"

it
FR WB plato primaires New Hampshire

"Les gens veulent un vrai changement", a déclaré Bernie Sanders, grand pourfendeur de Wall Street et apôtre d'une révolution politique. "Les gens du New Hampshire ont envoyé un profond message à l'establishment politique", a-t-il ajouté.

L'équipe de campagne d'Hillary Clinton a concédé la défaite dans le New Hampshire, mais cela n'a pas empêché son directeur de campagne de prédire une victoire à la nomination démocrate dès le mois de mars.

Trump, "l'homme qui gagne"

Donald Trump était arrivé deuxième en Iowa, en dépit des sondages qui le donnaient en tête. Il lui fallait effacer cette humiliation et montrer dans le New Hampshire mardi qu'il était bien l'homme "qui gagne", comme il le répète à l'envi. C'est chose faite, avec 34 % des voix.

Sa campagne a capitalisé sur la colère des Américains blancs modestes se sentant laissés-pour-compte. "Nous allons rendre à l'Amérique sa grandeur", s'est félicité le flamboyant milliardaire novice en politique après sa victoire, reprenant son slogan. "Je serai le président le plus grand en matière d'emplois que Dieu ait jamais créé", a-t-il ajouté.

it
FR NW GRAB Q2 ST MARTIN 05H

John Kasich, gouverneur modéré de l'Ohio, a créé la surprise en arrivant deuxième, avec 16 % des votes, chez les républicains. Il avait mené une campagne intense dans le New Hampshire, la plupart du temps loin des projecteurs.

Ted Cruz, le vainqueur du caucus de l'Iowa, et Jeb Bush,dont la campagne semble renaître de ses cendres, sont à ce stade au coude au coude pour la troisième place.

>> À lire : Ted Cruz, l'ultra-conservateur en tête des primaires de l'Iowa

Marco Rubio, troisième dans l'Iowa, arrive en cinquième position dans cette primaire du New Hampshire avec 10 % des voix, attribuant son mauvais score à sa piètre prestation lors d'un débat télévisé samedi dernier.

Participation importante

Enfin, le gouverneur du New Jersey Chris Christie, qui avait souligné samedi que Marc Rubio répétait mécaniquement des éléments de langage, a déclaré qu'il rentrait chez lui pour réfléchir à la suite à donner à sa campagne après une décevante sixième place dans le New Hampshire.

it
FR NW PKG V2 PRIMAIRES US REPU TRUMP REVIENT 07H

En dépit de la neige et du froid, la participation a été très importante et plusieurs bureaux de vote n'ont pas pu fermer comme prévu à 19 h (0 h GMT), en raison de l'affluence.

L'État du New Hampshire est très important de par sa deuxième place dans le processus des primaires présidentielles américaines. C'est lui qui donne une tendance, contraint souvent les plus faibles à l'abandon, et sauve parfois des campagnes mal parties.

Et les cartes pourraient encore être rebattues si l'ancien maire de New York, Michael Bloomberg, décidait, comme il l'a envisagé, de se lancer comme indépendant.

Les regards vont désormais se tourner vers le Nevada et la Caroline du Sud, prochains États à voter en février.

Avec AFP et Reuters

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.