Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Réparer les survivants"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, lundi 15 février, le mauvais week-end de Nicolas Sarkozy, qui voit se déclarer un nouvel adversaire à la primaire, Jean-François Copé, et Jean-Pierre Raffarin soutenir son rival, Alain Juppé. Le référendum sur Notre-Dame des Landes, et les témoignages des survivants du 13 novembre.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de cette revue de presse française, le week-end chargé du parti Les Républicains, en plein lancement de la campagne pour la primaire.
 
Après Alain Juppé, François Fillon, Nadine Morano, Frédéric Lefebvre, Hervé Mariton, et Jean-Frédéric Poisson, en attendant Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, et bien sûr Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé a annoncé à son tour sa candidature, hier soir, d’après le Monde, qui rapporte que l’ex-patron de l’UMP a expliqué cette candidature par sa non mise en examen dans l’affaire Bygmalion, prononcée la semaine dernière: «C’est une épée de Damoclès qui a disparu. Jamais je n’aurais imaginé être candidat si j’étais mis en examen». «Copé défie Sarkozy», annonce le Parisien, qui explique que le député-maire de Meaux a beau s’en défendre –«je ne suis animé par aucun esprit de revanche»- c’est la «guerre ouverte» entre les deux hommes. «C’est un combat à mort entre eux. Copé n’a jamais digéré que Sarkozy l’ait chargé lors de son audition chez les policiers enquêtant sur Bygmalion», dramatise un cadre du parti, tandis qu’un autre veut croire que Jean- François Copé espère surtout «revenir parmi les personnalités qui pèsent» au sein des Républicains. Autre mauvaise nouvelle pour Nicolas Sarkozy, le soutien de Jean-Pierre Raffarin à Alain Juppé, selon le Monde, qui précise que l’ancien Premier ministre se dit «étonné de voir que le démarrage de la campagne de Nicolas Sarkozy n’a pas à ce jour donné les résultats escomptés». Copé candidat, Raffarin pour Juppé: «un week-end infernal pour Sarkozy», relève l’Obs, qui rapporte que Luc Chatel, l’un de ses proches, a réussi à se faire élire président du Conseil national du parti. Un Conseil que Nicolas Sarkozy a clôturé en proposant un «texte» d’orientations destiné à devenir le «projet collectif du parti pour 2017». «Une ligne pour ligoter ses concurrents», d’après Libération, qui évoque un «catalogue de positions mettant l’accent sur une identité française bousculée par la crise et le communautarisme» «(Sarkozy estime qu’il) faut frapper fort, oser ce que n’ose aucun autre dans son camp, viser les électeurs du Front national et le dire sans détour», commentent les Echos, qui estiment que le patron des Républicains est en train d’«additionne(r) ses campagnes de 2007 et 2012». Mais «2007 + 2012 sera-t-il égal à 2017?», s’interroge le journal.
 
A gauche, François Hollande a annoncé en fin de semaine dernière un référendum local sur l’aéroport de Notre-Dame des Landes, quelques heures après le retour des écologistes au gouvernement. Ce référendum a-t-il servi d’appât pour les Verts, très remontés contre le projet? L’Opinion évoque une proposition à laquelle s’opposent beaucoup d’obstacles qui pourraient transformer l’affaire en  «nouvelle machine à perdre», après «la mauvaise passe sur la déchéance de nationalité». L’Opinion juge que ce référendum va poser plusieurs problèmes juridiques, notamment sur le périmètre de consultation. «Après la déchéance de nationalité, la France a trouvé son nouveau feuilleton», répètent les Echos, en évoquant «Notre-Dame de l’indécision». «Plutôt que de saluer cette incontestable avancée démocratique, on ne cesse, depuis l’annonce de cette consultation, de chercher à la discréditer», dénonce Libération, qui livre ce matin les récits des survivants, trois mois après les attentats de Paris. Demain, plusieurs d’entre eux seront au concert parisien des Eagles of Death Metal, qui avaient promis de clore le concert interrompu par les tueurs. Le chemin de leur reconstruction sera long. La réconciliation prend, elle aussi, parfois beaucoup de temps. Vendredi dernier, le pape François a renconté le patriarche orthodoxe russe Kirill, à Cuba. Il aura fallu attendre 1000 ans pour qu’un pape catholique et un patriarche orthodoxe russe se rencontrent enfin. A voir avec le dessin de Willem, pour Libération.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.