Accéder au contenu principal

Vidéo : vague d'embauches au sein de l'armée tunisienne

Ces jeunes hommes font la queue devant la caserne de Bouchoucha à Tunis, pour se faire embaucher dans l'armée.
Ces jeunes hommes font la queue devant la caserne de Bouchoucha à Tunis, pour se faire embaucher dans l'armée. Capture d'écran France 24.

Un mois après le mouvement de contestation sociale en Tunisie, l'armée a lancé une vague d'embauches. Le gouvernement lutte ainsi contre le chômage, tout en se préparant à faire face à l’amplification du conflit en Libye voisine. Reportage.

Publicité

Ils ont entre 20 et 35 ans, et vivent en Tunisie. Certains ont des diplômes, tous sont au chômage, et ils font la queue devant la caserne de Bouchoucha, à Tunis, dans l’espoir de devenir soldats de l’armée tunisienne.

Depuis le 15 février, et peu après la contestation sociale qui a secoué le pays, l’armée tunisienne embauche à tour de bras : 12 000 jeunes seront recrutés dans un premier temps. Une aubaine pour les nombreux chômeurs tunisiens, comme Wael Anissi.

>> À voir sur France 24 : "Vidéo : retour à Kasserine, épicentre de la contestation en Tunisie"

À 23 ans, Wael n’arrive pas à trouver un travail. "J’ai vu à la télé que l’armée recrutait des soldats. Avant je travaillais dans un hôtel, maintenant les hôtels ont fermé, dans le tourisme, il n’y a plus de futur. Je veux entrer dans l’armée pour assurer mon avenir", explique-t-il.

Après la première année de service militaire, les nouvelles recrues toucheront au moins 850 dinars tunisiens par mois (près de 380 euros), et pour les diplômés, qui deviendront lieutenants, le solde grimpe à 1150 dinars tunisiens (soit 510 euros), soit quatre fois le salaire minimum tunisien.

La vague d’embauche n’apportera pas de solution structurelle au problème de l’emploi, mais ces renforts sont bienvenus pour une armée tunisienne qui se prépare à faire face à l’amplification du conflit en Libye.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.