Accéder au contenu principal

Syrie : près de 180 morts dans une série d'attentats à Homs et à Damas revendiqués par l'EI

Centre de Homs touché par une série d’attentats meurtriers, le 21 février 2016.
Centre de Homs touché par une série d’attentats meurtriers, le 21 février 2016. AFP

Les villes syriennes de Homs et de Damas ont été frappées, dimanche, par une série d'attentats revendiqués par l'organisation État islamique, faisant près de 180 morts. L'une des attaques a fait à elle seule 120 morts dans la capitale syrienne.

PUBLICITÉ

Dimanche sanglant pour la Syrie. Près de 180 personnes ont été tuées, lors de la seule journée du 21 février, dans une série d'attentats à Homs et à Damas, tous revendiqués par l'organisation État islamique (EI).

>> À lire sur France 24 : "Russie-Turquie : une guerre par procuration en Syrie"

Un double attentat a frappé le quartier loyaliste d'Al-Zahra de Homs, troisième ville du pays, tuant 59 personnes, selon l'ONG Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Dans la journée, l'EI a indiqué dans un communiqué que deux de ses membres conduisant deux voitures piégées avaient visé des rassemblements dans le quartier d'Al-Zahra à majorité alaouite, communauté minoritaire à laquelle appartient le président syrien Bachar al-Assad. Ce même secteur avait déjà été visé par l'EI en octobre 2014 - 55 morts, dont 49 enfants - et en janvier 2016.

Des attentats perpétrés pendant les sorties d’écoles

Quelques heures plus tard, au moins 120 personnes ont péri dans une autre double attaque près du sanctuaire chiite de Sayeda Zeinab, au sud de la capitale, le bilan le plus lourd pour une attaque depuis le début du conflit en 2011. Jusque-là, le bilan d'attentat le plus élevé était celui d'une double attaque-suicide menée en mai 2012 par le Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, et qui avait fait 112 morts dans le quartier de Qazaz à Damas.

Dénonçant "les attaques inhumaines des terroristes", le ministère russe des Affaires étrangères a affirmé, lundi, que ces attentats n'avaient d'autre objectif que de torpiller le processus de paix. "Les crimes atroces perpétrés par les extrémistes ne visent qu'à terroriser une population paisible, et à torpiller les tentatives pour trouver un règlement politique de long terme à la crise syrienne dans l'intérêt de tous les Syriens", affirme le chef de la diplomatie russe dans un communiqué.

Ailleurs dans le pays, les combats se poursuivent entre les forces du régime et les rebelles très affaiblis, car marginalisés par l'EI et Al-Nosra. D'autres affrontements opposent forces kurdes et jihadistes, ou encore rebelles et jihadistes. Dans la province stratégique d'Alep (nord), les forces du régime ont réussi à progresser à la faveur d'une offensive lancée le 1er février avec l'appui crucial de l'aviation russe et du Hezbollah libanais.

Sur le plan diplomatique, les États-Unis continuent de pousser pour une trêve en annonçant un accord "provisoire" de cessation des hostilités.

Avec Reuters et AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.