Accéder au contenu principal

"Jungle" de Calais : la Belgique rétablit des contrôles à la frontière avec la France

La police belge surveille le port de Zeebrugge par peur qu'un camp similaire à celui de Calais ne prenne forme.
La police belge surveille le port de Zeebrugge par peur qu'un camp similaire à celui de Calais ne prenne forme. Kurt Desplenter, AFP

Face à la possibilité d'une évacuation d'une partie du camp de Calais, la Belgique a annoncé, mardi, le rétablissement temporaire des contrôles à sa frontière avec la France, afin de faire face à un éventuel afflux de migrants.

PUBLICITÉ

La Belgique a annoncé, mardi 23 février, le rétablissement temporaire de contrôles à sa frontière avec la France, face à la possibilité d'une évacuation d'une partie de la "jungle" de Calais, vaste camp d’environ 3 500 personnes situé près de l'entrée du tunnel sous la Manche.

"On a informé la Commission européenne qu'on [allait] temporairement déroger à Schengen", a indiqué lors d'une conférence de presse le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, en référence aux règles de libre-circulation dans l'espace Schengen.

La Belgique a entrepris de déployer 250 à 290 policiers pour procéder à des contrôles aux points de passage avec l'Hexagone, notamment près de la côte ainsi que dans les environs du port de Zeebrugge, où des migrants pourraient vouloir se rendre depuis Calais.

"Nous assistons d'ores et déjà à un déplacement de migrants de Calais vers notre pays", a déclaré Jan Jambon. "Lorsque les camps en France seront évacués, nous pourrions faire face à un afflux de plusieurs milliers de personnes", a-t-il déclaré.

>> À voir sur France 24 le webdocumentaire "La boue au ventre", sur le camp de migrants à Grande-Synthe

Les milliers d'occupants des abris de fortune de la "jungle" calaisienne ont obtenu un répit, cette semaine, le temps que la justice française rende sa décision sur la légalité de l'opération de démantèlement. Mais "[cette opération] est possible", a expliqué le ministre belge. "On observe déjà un mouvement de migrants de transit. Hier, nous avons arrêté 32 personnes à Adinkerke", une localité située du côté belge de la frontière, a expliqué Jan Jambon.

On compte désormais 10 pays membres de l'espace Schengen à avoir rétabli des contrôles temporaires à leurs frontières (Belgique, Danemark, Norvège, Suède, Allemagne, France, Hongrie, Autriche, Slovaquie, République tchèque) comme ils y sont autorisés dans des situations exceptionnelles.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.