Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

EUROPE

Contrôles à la frontière belge : une décision "étrange" selon Cazeneuve

© Jean-François Monier, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/02/2016

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a qualifié d'"étrange" la décision de la Belgique de rétablir des contrôles à sa frontière avec la France dans le but d'éviter d'éventuelles arrivées de migrants en provenance de Calais.

"Étrange". C'est ainsi que Bernard Cazeneuve a qualifié jeudi 25 février la décision de la Belgique de rétablir des contrôles à sa frontière avec la France pour faire face à d'éventuels mouvements de migrants en provenance du camp de Calais.

"Cette décision est pour nous étrange et ses motivations le sont tout autant", a ainsi déclaré le ministre de l'Intérieur français devant des journalistes, à son arrivée à Bruxelles pour une réunion avec ses homologues européens largement consacrée à la crise migratoire.

La Belgique a en effet annoncé mardi avoir rétabli provisoirement des contrôles à sa frontière avec la France, pour faire face à un éventuel afflux de migrants quittant la "jungle" de Calais, un vaste camp situé à une quinzaine de kilomètres de l'entrée française du tunnel sous la Manche, dont une partie devrait être démantelée prochainement.

À Calais, le gouvernement entend procéder à une "mise à l'abri"

"Nous n'avons pas été prévenus", a en outre déploré le ministre , assurant "qu'il n'a jamais été question pour le gouvernement français d'envoyer des bulldozers sur la lande pour procéder à la dispersion des migrants".

"La volonté du gouvernement est de procéder à la mise à l'abri de tout ceux qui relèvent du statut de demandeur d'asile en France", a-t-il expliqué, mettant en avant une "opération humanitaire".

"Prétendre qu'il pourrait y avoir, en raison de cette mise à l'abri, un afflux de migrants à la frontière belge ne correspond pas à la réalité", a insisté Bernard Cazeneuve.

Le ministre français a écarté tout parallèle avec la décision de Paris en novembre de rétablir des contrôles à sa frontière avec la Belgique, après les attentats commis dans la capitale française, qui ont fait 130 morts.

Avec AFP
 

Première publication : 25/02/2016

  • FRANCE

    Jungle de Calais : à quelques heures de l'évacuation, Cazeneuve joue l'apaisement

    En savoir plus

  • CRISE MIGRATOIRE

    Plus de 110 000 migrants sont arrivés en Europe par la Méditerranée depuis janvier

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    "Jungle" de Calais : la Belgique rétablit des contrôles à la frontière avec la France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)