Accéder au contenu principal

Pédophilie : l'argentier du Vatican admet ne pas avoir agi face au témoignage d'un enfant

Le cardinal australien George Pell a été entendu jeudi 3 mars dans une enquête sur la maltraitance sexuelle des enfants.
Le cardinal australien George Pell a été entendu jeudi 3 mars dans une enquête sur la maltraitance sexuelle des enfants. Jean-Louis de la Vaissière, AFP

L'ancien chef de l'Église catholique en Australie, George Pell, a confié jeudi ne pas avoir agi face aux déclarations d'un garçon se plaignant d'abus sexuels dans les années 70. Le cardinal nie toutefois avoir voulu étouffer l'affaire.

PUBLICITÉ

George Pell, ancien chef de l'Église catholique en Australie, devenu argentier du Vatican en 2014, a avoué, jeudi 3 mars, ne pas avoir agi face aux déclarations d’un garçon qui se plaignait d’abus sexuel pratiqué par un homme d’Église dans les années 1970 dans son ministère. L'enfant a "dit comme ça au cours d'une conversation" que le frère Dowlan "se comportait mal" avec les garçons, a-t-il rapporté. Il avait alors évoqué le sujet avec l'aumônier de l'école mais rien de plus.

Entendu à Rome par la Commission royale dans le cadre d’une enquête sur les réponses institutionnelles à la maltraitance sexuelle des enfants, l’actuel "ministre" de l'Économie du Vatican a confié, en outre, qu’il aurait pu faire plus. "Avec le recul de 40 années, je dirais certainement que j'aurais dû en faire davantage", a-t-il avoué, comme on lui disait que Dowlan, désormais en prison, a abusé de dizaines d'enfants.

George Pell nie néanmoins avoir protégé l’écclésiastique. Il récuse également les accusations selon lesquelles il aurait plaisanté au sujet de ce même religieux pédophile avant qu’il ne soit accusé.

"Coïncidence désastreuse"

Le cardinal, qui a révélé que le pape François recevait quotidiennement un résumé des auditions, affirme également qu'au moins deux archevêques et d'autres membres de la hiérarchie de l'Église catholique l'avaient trompé en omettant de l'informer de la situation. Il a parlé d'un "monde de crimes et de dissimulations". Le cardinal George Pell a enfin qualifié de "coïncidence désastreuse" le fait que cinq prêtres pédophiles abusaient d'enfants au même moment dans la ville australienne où il officiait.

En raison de ses problèmes cardiaques, l'ancien archevêque de Melbourne, puis de Sydney, dépose pour la quatrième journée consécutive par visioconférence depuis un hôtel de Rome. Ce qui a provoqué la colère des victimes, dont certaines se sont rendues sur place.

Le cardinal Pell, âgé de 74 ans, soumis au feu roulant des questions des avocats représentant les victimes d'abus commis par des membres du clergé, dément avoir failli d'une quelconque manière. Comme on lui demandait jeudi s'il avait l'impression d'être la victime d'une chasse aux sorcières, le cardinal Pell a répondu : "Je n'ai jamais rien dit de tel mais je dois avouer que l'idée m'a traversé l'esprit".

La commission se penche sur la situation dans les villes de Ballarat et de Melbourne, dans l'État de Victoria, où le cardinal Pell a grandi et travaillé, dans les années 1970 et 1980, alors que des prêtres pédophiles abusaient de dizaines de victimes.
 

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.