Accéder au contenu principal

La Cour constitutionnelle rejette l'appel d'Oscar Pistorius, retour à la case prison

Le champion paralympique Oscar Pistorius à la Haute Cour de Pretoria, le 8 décembre 2015.
Le champion paralympique Oscar Pistorius à la Haute Cour de Pretoria, le 8 décembre 2015. Mujahid Safodien, AFP

Reconnu en appel coupable du meurtre de sa compagne en 2013, Oscar Pistorius va très prochainement retourner en prison, après la décision de la Cour constitutionnelle de rejeter son dernier recours.

PUBLICITÉ

Libéré sous caution en décembre dernier, le Sud-Africain Oscar Pistorius va bientôt retrouver sa cellule. Son dernier espoir s’est en effet envolé jeudi 3 mars après la décision de la plus haute juridiction du pays de rejeter le dernier recours dont il disposait.

La Cour constitutionnelle "a rejeté la demande de saisine" formulée par Oscar Pistorius pour faire appel de sa condamnation pour le meurtre de sa compagne Reeva Steenkamp en février 2013, dans la mesure "où elle n'a aucune chance d'aboutir", a déclaré le porte-parole du parquet sud-africain, Luvuyo Mfaku.

L'ancien champion paralympique, âgé de 29 ans, amputé des deux jambes, vit actuellement en résidence surveillée chez son oncle, dans une banlieue chic de Pretoria, après avoir passé un an derrière les barreaux.

Il encourt 15 ans de prison

En première instance, le sextuple médaillé d'or avait été reconnu coupable d'"homicide involontaire" et condamné à cinq ans de prison. Mais la Cour suprême d'appel avait ensuite modifié le verdict, requalifiant le crime de meurtre, passible d’au moins 15 ans de prison.

Oscar Pistorius n'est pas encore fixé sur sa peine, la justice sud-africaine prononçant la condamnation dans un premier temps puis la peine dans un second. Il comparaitra ainsi de nouveau 18 avril prochain devant un tribunal de Pretoria, dans le cadre de la procédure judiciaire destinée à déterminer cette peine.

Ce jour-là, "le tribunal entendra les arguments de la défense et de l'accusation sur la peine la plus adaptée" pour le condamné, a expliqué à l'AFP Stephen Tuson, professeur de droit constitutionnel à l'université de Wits à Johannesburg. Dans la mesure où l'ancien athlète a déjà été privé de liberté durant une année et qu'il s'agit de sa première condamnation, il est fort probable qu'il effectue, de fait, moins de 15 ans en prison.

De la gloire à la ruine

Le champion a toujours affirmé avoir tiré par erreur, en pleine nuit, dans la porte des toilettes où se trouvait sa victime, croyant qu'un cambrioleur s'était introduit dans sa maison. La cour d'appel n'a pas remis en cause cette version, mais a retenu le fait qu'en tirant quatre balles de gros calibre à hauteur d'homme dans la porte d'un étroit cabinet de toilette, il ne pouvait pas ignorer qu'il risquait de tuer quelqu'un, quelle que soit la victime.

Double amputé des pieds à 11 mois, Pistorius était devenu une star du sport mondial en courant sur des lames de carbone, et en s'alignant aux jeux Olympiques de Londres 2012 avec les valides. Riche grâce aux contrats publicitaires, Pistorius était un sportif glamour et séducteur, mais décrit par l'accusation comme un menteur égocentrique obsédé par les armes à feu, les voitures de sport et les jolies femmes. L'affaire Reeva Steenkamp a mis un terme à sa carrière et l'a ruiné.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.