FRANCE

Crise migratoire : Hollande reçoit Merkel pour préparer le sommet crucial UE-Turquie

François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel à l'Élysée, le 25 novembre 2015.
François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel à l'Élysée, le 25 novembre 2015. Patrick Kovarik, AFP
4 mn

François Hollande reçoit Angela Merkel, vendredi, pour tenter de trouver des réponses communes à la crise migratoire sans précédent que connaît l'Europe, et ce à trois jours d'un sommet crucial sur le sujet entre l'UE et la Turquie.

Publicité

Angela Merkel et François Hollande vont tenter, vendredi 4 mars, d’accorder leurs violons sur la crise des migrants qui agite l’Europe et fait tanguer le couple franco-allemand. Le président français et la chancelière allemande, réunis à l'Élysée, doivent préparer le sommet Union européenne-Turquie prévu le 7 mars afin de faire face à la crise des migrants. dont l'objectif sera de s'engager dans une réponse coordonnée face à la plus grave crise migratoire qu'ait connu l'Europe.

"La France et l'Allemagne travaillent dans le même esprit et avec la même volonté", a affirmé François Hollande aux côté d'Angela Merkel, ce vendredi, lors d'un point presse commun.

La chancelière allemande et le président français veulent s'entendre pour tenter, dans le court laps de temps avant le sommet de Bruxelles, de convaincre leurs partenaires de s'engager dans une réponse coordonnée à la plus grave crise migratoire qu'ait connu l'Europe. Mais la crise des migrants a provoqué de fortes turbulences dans le couple franco-allemand, notamment depuis les critiques de Manuel Valls à Munich. sur la politique d'ouverture aux réfugiés de la dirigeante.

>> À (re)lire sur France 24 : "La crise des migrants pourrait coûter cher à Angela Merkel"

Et, en dépit des déclarations réitérées de solidarité de François Hollande à la chancelière, le grand écart persiste toutefois dans les faits entre Paris et Berlin face à la crise migratoire. "Angela Merkel attend un soutien de la France sur l’accueil des migrants en Europe car la France a été plus réticente au départ", explique Armelle Charrier, journaliste à France 24.

Paris et Berlin veulent également pousser la Turquie à tenir ses engagements pour le contrôle de l'accès à son territoire, voie de passage vers la Grèce, la réadmission des migrants irréguliers et la surveillance de ses frontières. Ankara doit également, selon la France, améliorer ses structures d'accueil en échange des 3 milliards d'euros qui lui ont été alloués par l'UE.

Valls n’est "pas l’interlocuteur d’Angela Merkel"

La rencontre intervient deux jours après l'annonce d'une aide européenne inédite de 700 millions d'euros pour aider les États membres en première ligne sur la route des migrants qui veulent rejoindre l'Europe du Nord, en particulier la Grèce. Celle-ci abrite actuellement 23 000 migrants, dont 10 000 bloqués à la frontière macédonienne.

À Berlin, on estime que l'Allemagne et la France doivent "donner un signal et persuader les autres États membres" de suivre leur direction. Pour Paris, "l'idée c'est de montrer que l'engagement de la France et de l'Allemagne permet de donner toutes ses chances" au sommet de lundi. Si les deux capitales européennes sont sensiblement d’accord sur l’objetif du sommet, le couple franco-allemand a tout de même traversé de fortes turbulences face à la crise migratoire.

Le tête-à-tête entre les deux dirigeants sera suivi d'une déclaration conjointe à la presse et d'un déjeuner de travail.

Dans une lettre aux 28 dirigeants européens publiée vendredi, le président du Conseil européen Donald Tusk a dit voir "émerger un consensus européen" pour la première fois depuis le début de la crise migratoire, autour d'une stratégie visant à endiguer les flux.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine