Accéder au contenu principal

Ligue des champions : vainqueur à Chelsea, le PSG s'offre un nouveau quart

Le PSG a dominé Chelsea 2 buts à 1, à Stamford Bridge, mercredi soir.
Le PSG a dominé Chelsea 2 buts à 1, à Stamford Bridge, mercredi soir. Ben Stansall, AFP

Sur la pelouse de Chelsea, à Stamford Bridge, le PSG s'est offert un succès de prestige (1-2), synonyme de qualification en quarts de finale de la Ligue des champions. Adrien Rabiot et Zlatan Ibrahimovic ont marqué pour les Parisiens.

PUBLICITÉ

envoyé spécial de France 24 à Stamford Bridge (Londres, Royaume-Uni)

L'an passé, à même époque, le PSG avait souffert pour arracher sa qualification face à Chelsea, sur la pelouse de Stamford Bridge. Un "thriller", dont la suite s'est avérée beaucoup moins haletante. L'édition 2016 de ce choc des capitales a accouché d'une rencontre d'une grosse intensité, mais que le PSG a su tuer, froidement, à la manière d'un grand d'Europe (1-2).

Les hommes de Laurent Blanc, qui s'étaient mis en danger en s'imposant seulement 2-1 à domicile, lors du match aller de ces huitièmes de finale de la Ligue des champions, n'ont laissé que peu d'espoir à leurs adversaires du soir. Dans un Stamford Bridge bondé, ils ont su concrétiser leurs temps forts et remporter une rencontre que beaucoup imaginaient plus serrée.

Dans le vif du sujet

D'entrée de jeu, Chelsea a pourtant failli prendre le match par le bon bout, mais le portier allemand du PSG, Kevin Trapp, n'a pas manqué l'occasion de se mettre en évidence. Sur un ballon perdu par Rabiot aux 25 mètres, l'attaquant des Blues, Diego Costa, a décoché une frappe limpide que le gardien parisien a repoussé d'une main ferme (2e).

Ce premier avertissement a eu le mérite de réveiller les joueurs du PSG. La réponse des hommes de Laurent Blanc n'a d'ailleurs pas tardé, par l'intermédiaire du virevoltant Lucas. Après un petit numéro dans l'axe, le Brésilien a parfaitement servi Angel Di Maria sur la droite, mais la frappe de l'Argentin a été repoussée sur sa ligne par le pied de Cahill alors que Courtois était battu (5e).

Sur le corner suivant l'action, Paris a même cru réaliser le hold-up parfait. À la réception d'un corner venu de la droite, Ibrahimovic a repris victorieusement le ballon de la tête, mais il a finalement été signalé hors-jeu par le corps arbitral (6e).

Paris devant... mais peu de temps

Une frustration de courte durée. Dix minutes plus tard, sur un centre en force d'Ibrahimovic, côté droit encore, Rabiot a surgi au second poteau pour propulser le ballon au fond des filets de Courtois. Un plat du pied imparable qui a provoqué la stupeur des 37 591 spectateurs de Stamford Bridge, tandis que les supporters parisiens, parqués de l'autre côté du stade, exultaient (16e, 0-1).

Mais les hommes de Guus Hiddink n'ont pas longtemps tergiversé. Après dix minutes globalement équilibrées, les Blues ont fait chavirer leur public par l'intermédiaire de Diego Costa. Sur un ballon perdu par Thiago Motta dans l'axe, Willian a récupéré le cuir et s'est appuyé sur Pedro pour transmettre parfaitement le ballon à son buteur, qui a conclu l'action d'une frappe limpide (26e, 1-1).

Des échanges musclés

Déjà bien animés, les débats se sont clairement tendus dans la foulée de ces deux buts. Rabiot, en retard sur Diego Costa (34e), puis Thiago Motta (41e), ainsi que Fabregas (42e) ont tous les trois écopé d'un carton jaune.

Surtout, avant la pause, Chelsea a bien failli profiter de sa seule réelle période de domination pour faire plier la défense parisienne. Fabregas (39e), Hazard (42e) et surtout Diego Costa (45e+1) ont tous les trois frappé au but, mais sans trouver la faille.

Au retour des vestiaires, le match a repris son rythme de croisière et Obi Mikel, très en retard sur une percée de Lucas, a lui aussi été sanctionné d'un carton jaune (52e).

Zlatan Ibrahimovic enfin décisif

Après un quart d'heure pauvre en occasions, Stamford Bridge a tout de même eu l'opportunité de se lever, lorsque son buteur maison, Diego Costa, a été contraint de sortir sur blessure. Un coup du sort qui n'a fait qu'en introduire un deuxième, cinq minutes plus tard.

À cet instant du match, et par deux fois, les Blues ont été tout proches de faire basculer la rencontre, mais Trapp, dans les cages parisiennes, a justifié la confiance placée en lui par le staff parisien. En moins d'une minute, le gardien allemand s'est imposé devant Willian, seul aux 18 mètres, puis, juste après, devant Eden Hazard (65e).

Puis, sur un contre fulgurant, Paris a tué le suspense. Di Maria, lancé par Thiago Motta côté gauche, a livré un superbe centre qu'Ibra a converti d'un implacable plat du pied (1-2, 68e). Échec et mat.

Bain de foule

Derrière, les hommes de Laurent Blanc se sont contentés de gérer la rencontre, afin d'éviter un improbable retournement de situation. Et sans surprise, Chelsea, abasourdi, n'a inscrit aucun des trois buts qu'il lui fallait marquer pour renverser la vapeur.

La messe était dite et, comme un symbole, Eden Hazard, star déchue, quittait la pelouse avant même la fin du match, lui aussi blessé (76e). Ses coéquipiers allaient l'imiter quelques minutes plus tard, sous les "Chelsea ! Chelsea !" incrédules des plus irréductibles supporters des Blues, décidément bien malmenés cette saison.

Triste épilogue d'un côté du terrain, tandis que de l'autre, les joueurs parisiens s'offraient une belle célébration avec les quelques centaines de supporters qui avaient fait le déplacement à Londres. Ils auront eux aussi rendez-vous en avril prochain, pour les quarts de finale de la compétition.

Revivez le 8e de finale de la Ligue des champions Chelsea - PSG en direct sur vos tablettes et smartphones en cliquant sur ce lien.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.