Accéder au contenu principal
L'Entretien

Pour le chef du Hamas, Khaled Mechaal, les attaques au couteau sont une "intifada"

Dans un entretien exclusif accordé à France 24 depuis Doha au Qatar, Khaled Mechaal, le chef en exil du Hamas, est revenu sur le regain de violences entre Palestiniens et Israéliens.

Publicité

Dans un entretien exclusif accordé à France 24 depuis Doha au Qatar, Khaled Mechaal, le chef en exil du Hamas, est revenu sur l’actualité mouvementée du Proche-Orient, et plus précisément sur le regain de violences entre Palestiniens et Israéliens.

Il a notamment affirmé que la vague d’attaques au couteau visant des Israéliens, initiée en octobre dernier, est "sans aucun doute une intifada" (soulèvement en arabe), après celles de 1987 et de 2000.

À la question de savoir si le Hamas soutenait l’assassinat de civils israéliens, Khaled Mechaal répond : "C’est faux de poser le problème de la sorte, car le Hamas, les mouvements palestiniens et le peuple palestinien ne font que se défendre, c’est une guerre défensive, nous résistons, nous défendons nos fils, nos enfants, nos femmes, nos lieux de cultes, notre terre".

"Daech ne s'implantera pas à Gaza"

Interrogé sur sa volonté de voir ce qu’il qualifie d’intifada s’amplifier, il répond que le peuple palestinien, qu’il estime abandonné par la communauté internationale, n’a pas le choix : "Que peut faire le peuple palestinien ? Il n’a pas d’autre choix que de résister contre l’occupation afin d’en venir à bout par lui-même".

Khaled Mechaal a toutefois indiqué ne pas chercher à provoquer une nouvelle guerre contre l’État hébreu. "Au sein du Hamas et en tant que Palestiniens, de façon générale, nous ne voulons pas la guerre, a-t-il insisté. Nous souffrons de l'occupation, de la colonisation et de l'agression israélienne, et c’est bel et bien Israël qui menace Gaza d'une guerre à tout moment, c’est Israël qui exerce un blocus sur Gaza, qui affame son peuple et le tue".

Enfin, le leader du Hamas a écarté tout risque de voir l’organisation État islamique (EI) tenter de prendre pied à Gaza. "Il y a eu des tentatives mais elles ne réussiront pas, car Daech [autre nom de l'EI] et ses semblables, échoueront, a-t-il indiqué. Car les organisations extrémistes saisissent des opportunités pour occuper un vide, or cela n’existe pas en Palestine, où il existe une cause nationale, à savoir la lutte contre l’occupation israélienne".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.