Découvertes

Loi Travail : la manifestation étudiante violemment réprimée par les forces de l'ordre

Photo datant de 2007 montrant l'amphithéâtre N du centre Pierre Mendès-France.
Photo datant de 2007 montrant l'amphithéâtre N du centre Pierre Mendès-France. David Monniaux / Wikimedia Commons
Texte par : Majda ABDELLAH
4 mn

Visages en sang, étudiants traînés au sol... Selon de nombreux journalistes présents sur place, la manifestation s'est terminée à Tolbiac de façon houleuse.

Publicité

Depuis plusieurs semaines maintenant, la mobilisation contre le projet de loi Travail dit El Khomri s'organise. Pour les opposants au texte, il y a urgence : il faut exiger du gouvernement le retrait pur et simple du texte. 

"En refusant aux étudiants le droit de se réunir en assemblée générale, la direction de l'université est à l'origine des incidents"

Après la fronde du mercredi 9 mars vécue par certaines organisations syndicales comme un "tour de chauffe", la manifestation étudiante de ce jeudi 17 mars était fort attendue. En marge de la manifestation contre la loi Travail, des violences entre étudiants et forces de l'ordre ont éclaté sur le campus de Tolbiac. Cinq personnes ont été interpellées lors des échaufourrés de jeudi soir.

"L'Unef pointe du doigt la responsabilité de l'université dans ces événements. En refusant aux étudiants le droit de se réunir en assemblée générale, la direction de l'université est à l'origine des incidents", précise un communiqué.

L'interdiction d'organiser une assemblée générale

Certains étudiants avaient prévu d'organiser une assemblée générale dans la faculté, fermée jeudi matin. Ce n'est qu'à l'issue du rassemblement sur la place d'Italie en fin de journée que certains se sont rendus aux abords de l'université et ont occupé l'entrée au niveau du Centre Pierre Mendès France.

250 étudiants sont parvenus à forcer l'entrée de l'université, avant d'être délogés par les forces de police.

Les tensions entre manifestants et forces de l'ordre ont été très largement commentées sur la toile. Certaines photos témoignant de violences policières ont été postées par des étudiants. Celles-ci n'ont pas manqué de provoquer l'indignation face au comportement des CRS et les marques de solidarité envers les étudiants.

Finalement, la teneur des faits de ce jeudi soir n'est pas sans rappeler celle du mouvement étudiant initié contre le CPE, en 2006.

VOIR AUSSI : Les manifestations étudiantes, cauchemar des gouvernements

À l'époque, les jeunes avaient également organisé de nombreuses assemblées générales pour protester contre le projet de loi. La contestation avait d'ailleurs précisément eu lieu au sein du même amphithéâtre.

La grève du 31 mars à venir, elle, sera un autre rendez-vous important de la mobilisation contre la réforme du code du travail.

––

Écrit avec Charlotte Viguié.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine