Accéder au contenu principal

Le TAK, un groupe radical proche du PKK, revendique l'attentat d'Ankara

Une foule d'anonymes se recueille à Ankara en mémoire des victilmes de l'attentat du 13 mars.
Une foule d'anonymes se recueille à Ankara en mémoire des victilmes de l'attentat du 13 mars. Adem Altan, AFP

Un groupe d'activistes kurdes, les Faucons de la liberté au Kurdistan (TAK), proche du PKK, a revendiqué ce jeudi l'attentat à la voiture piégée qui a fait 37 morts dimanche à Ankara. L'attaque est un "acte de vengeance" précise le TAK.

Publicité

Un groupe radical proche des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK), a revendiqué l'attentat à la voiture piégée qui a fait 37 morts dimanche à Ankara.

"Le 13 mars au soir, une attaque suicide a été menée à 18 h 45 dans les rues de la capitale de la république turque fasciste. Nous revendiquons cette attaque", a précisé le TAK dans une déclaration publiée sur son site internet. Cette attaque constitue une riposte, "un acte de vengeance" motivé par les opérations sécuritaires menées par les forces turques dans le sud-est à dominante kurde de la Turquie.

"Nous voulons présenter nos excuses pour les pertes civiles qui n'ont rien à voir avec la sale guerre menée par l'État fasciste turc", ont également précisé les TAK. Dans leur texte, ce groupe a diffusé la photo d'une femme, Seher Cagla Demir, alias Doga Jiyan, âgée de 24 ans, présentée comme l'auteure de l'attaque, confirmant ainsi l'identité de la "kamikaze" publiée par les autorités turques.

Selon le ministère turc de l'Intérieur, cette femme a été entraînée en Syrie par les Unités de protection du peuple (YPG), bras armé du principal parti kurde de Syrie que la Turquie considère comme un mouvement "terroriste".

Il y a moins d'un mois, un attentat à la voiture piégée revendiqué par le TAK avait déjà fait 29 morts dans le centre d'Ankara.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.