Accéder au contenu principal

Le congolais Jean-Pierre Bemba reconnu coupable de crime contre l'humanité par la CPI

L'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba devant la CPI, à La Haye, le 21 mars 2016.
L'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba devant la CPI, à La Haye, le 21 mars 2016. Jerry Lampen, AFP

La CPI a reconnu l'ancien vice-président congolais, Jean-Pierre Bemba, coupable de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre pour les viols et les meurtres commis par sa milice en Centrafrique en 2002-2003. Il risque la prison à perpétuité.

PUBLICITÉ

Après un procès marathon, la Cour pénale internationale (CPI) a reconnu, lundi 21 mars, Jean-Pierre Bemba coupable de crimes contre l'humanité et crimes de guerre pour les viols et meurtres commis par sa milice en Centrafrique en 2002-2003. L'ancien vice-président de la République démocratique du Congo (RDC) risque 30 ans de détention ou la prison à perpétuité, si les juges estiment que l'"extrême gravité du crime" le justifie.

Jean-Pierre Bemba "agissait de fait en tant que commandant militaire et avait le contrôle effectif de ses troupes en Centrafrique pendant toute la durée de l'opération", a affirmé la juge Sylvia Steiner, ajoutant : "il est coupable de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre".

Accusé de trois crimes de guerre et de deux crimes contre l'humanité, Jean-Pierre Bemba avait plaidé non coupable lors de l'ouverture de son procès en novembre 2010, deux ans après son arrestation à Bruxelles

Un "chef militaire" face à la justice : une première

C'était la première affaire à la CPI, qui siège à La Haye, qui se concentrait sur l'utilisation de viols et violences sexuelles en tant qu'armes de guerre et le premier procès où un chef militaire était tenu responsable des atrocités commises par ses hommes même s'il ne les a pas ordonnées.

Ancien chef rebelle du nord de la République démocratique du Congo, Jean-Pierre Bemba était poursuivi, non en tant qu'auteur ou co-auteur mais en tant que "chef militaire", en vertu du principe de la "responsabilité du commandant".

Quelque 1500 hommes en armes de l'ancien chef rebelle s'étaient rendus en Centrafrique en octobre 2002 pour soutenir le président Ange-Félix Patassé, victime d'une tentative de coup d'État menée par le général François Bozizé. Là, ils ont violé, pillé et tué, a assuré la juge, égrenant une longue liste de viols, souvent violents, commis par les troupes de Jean-Pierre Bemba.

 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.