Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les plus pauvres paient pour satisfaire les préférences politiques des plus riches"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le Parti travailliste accusé d'antisémitisme

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans les coulisses du Moulin Rouge

En savoir plus

L’invité du jour

Sobel Aziz Ngom : "Si chacun fait sa part, à sa manière, on pourra équilibrer ce qu'on a en commun"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet retour en Ouganda : que reste-t-il d'Idi Amin Dada ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Shinzo Abe, la passe de trois

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les appartements fantômes de Caracas

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Theresa May humiliée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : un opposant menacé de mort en France

En savoir plus

Découvertes

L'Australie a produit un film choc pour décourager les candidats à l'immigration

© Capture écran, YouTube, The Journey

Texte par Chloé ROCHEREUIL

Dernière modification : 29/03/2016

Le gouvernement australien ne veut pas accueillir les migrants qui traversent l'océan Indien pour frapper à sa porte. Il est même prêt à payer cher pour que le message passe dans les pays d'origine des candidats à l'immigration.

VOIR AUSSI : D'anciens réfugiés de la Seconde Guerre mondiale écrivent à des enfants syriens

Des réfugiés morts noyés au milieu de l’océan : la fin du film "The Journey" (aussi appelé Musafarat) n’est pas franchement un happy end. Et pourtant, son budget n’est pas si éloigné d'une petite production américaine.

Comme le rapporte The Guardian, le ministère australien de l'Immigration et de la Protection des frontières a dépensé 6 millions de dollars pour produire ce film destiné à dissuader les demandeurs d’asiles d’émigrer vers l'Australie. Le public visé se trouve en Afghanistan, en Iran, en Irak et au Pakistan – les principaux pays d’où proviennent les réfugiés désireux d’aller en Australie.

Le long métrage de 90 minutes, filmé dans trois pays différents, a été diffusé vendredi sur deux chaînes de télévision locale afghane. Il a été entièrement diffusé sur YouTube mais ne sera pas disponible en anglais.

Le prix à payer pour se passer de refugiés

La société de production Put It Out There Pictures, commissionnée par le gouvernement australien, a produit "The Journey" pour la modique somme de 4,34 millions de dollars. L’entreprise Lapis Communications, qui se charge de diffuser le film, a quant à elle touché 1,63 millions de dollars. Le film aura donc coûté au total près de 6 millions de dollars (soit un peu plus de 4 millions d’euros) financés par le contribuable australien.

Put It Out There Pictures se défend de toute propagande gouvernementale. L’entreprise explique sur son site Internet : "Le film a pour but d’éduquer et d’informer les audiences des pays concernés sur la futilité de donner de l’argent à des passeurs, sur les risques encourus pendant le trajet, et la fermeté de la police qui les attendra quand ils rejoindront les eaux australiennes." 

پس از دیدن فلم مسافرت، آیا حاضر هستید مانند نجیب الله بطور غیر قانونی به استرالیا مسافرت کنید؟ #Musafarat.

Posted by ‎Musafarat / مسافرت‎ on Monday, March 28, 2016

Un scénario bien réel  

Bien que fictionnel et avec une mise en scène très théâtrale, le long métrage aurait bien pu être un documentaire. Son scénario raconte l’histoire d’un groupe de réfugiés qui tentent de rejoindre les côtes australiennes par bateau. Au cours de leur trajet, ils devront faire face aux prisons indonésiennes, aux passeurs corrompus, aux policiers et enfin, à la mort. La scène finale montre un homme qui tient dans ses bras son enfant, noyé.

مسافرتی با یک سرنوشت نا معلوم، فردا شب ساعت 9:00 از تلویزیون #طلوع.#Musafarat

Posted by ‎Musafarat / مسافرت‎ on Thursday, March 24, 2016

Les Afghans sont parmi les plus nombreux à vouloir rejoindre l’Australie qui n'en est pas à sa première campagne de communication qui leur est destinée. En 2013, le gouvernement avait financé une publicité à hauteur de 350 000 euros pour les dissuader d’immigrer dans le pays.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 29/03/2016