Accéder au contenu principal

Afrique du Sud : Jacob Zuma sommé par la justice de rembourser les frais de sa maison

Le président Jacob Zuma, lors d'un discours prononcé à Durban, le 21 mars 2016.
Le président Jacob Zuma, lors d'un discours prononcé à Durban, le 21 mars 2016. Rajesh Jantilal, AFP

La Cour constitutionnelle sud-africaine a indiqué jeudi que le président Jacob Zuma devrait rembourser "sous 45 jours" les frais de sa propriété privée de Nkandla financée en partie aux frais des contribuables.

PUBLICITÉ

Jacob Zuma a quarante-cinq jours pour se mettre en règle avec la justice sud-africaine : la Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné mercredi 31 mars au président en exercice de rembourser une partie des frais de sa propriété privée payés par le contribuable, une affaire à l'origine d'un énorme scandale.

"Le président doit personnellement payer la somme déterminée par le Trésor public dans les quarante-cinq jours suivant la décision de cette cour", a déclaré le président de la Cour constitutionnelle sud-africain, Mogoeng Mogoeng, estimant que Jacob Zuma n'avait "pas fait respecter, ni défendu, ni suivi la Constitution".

"Le Trésor national doit déterminer le coût raisonnable des travaux" réalisés pour rénover la résidence privée de Jacob Zuma et sont "non liés à la sécurité", c'est-à-dire "uniquement le centre pour visiteurs, l'enclos pour bétail, le poulailler et la piscine", a précisé le juge.

"Les réparations exigées par la médiatrice de la République [chargée de veiller au bon usage des deniers publics] est contraignante", a insisté Mogoeng Mogoeng, ajoutant que "le fait que le président n'ait pas obtempéré (...) est une violation de la Constitution".

L'opposition lance une procédure de destitution

La médiatrice de la République, Thuli Madonsela, avait exigé en 2014 que Jacob Zuma "rembourse un pourcentage raisonnable des coûts" de rénovation de sa propriété de Nkandla en pays zoulou (est).

Quelques minutes après la décision de la Cour, le principal parti d'opposition sud-africain, l'Alliance démocratique (DA), a annoncé jeudi le lancement d'une procédure de destitution contre le président Zuma. "L'arrêt rendu aujourd'hui est très clair : les agissements du président Zuma équivalent à une grave violation de la Constitution, et constituent un motif de destitution", indique la DA dans un communiqué.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.