Accéder au contenu principal

La justice belge donne son feu vert à la remise de Salah Abdeslam à la France

Salah Abdeslam, soupçonné d'avoir participé aux attentats du 13 novembre, va être remis aux autorités françaises.
Salah Abdeslam, soupçonné d'avoir participé aux attentats du 13 novembre, va être remis aux autorités françaises. Capture d'écran du site eumostwanted.eu

La parquet fédéral belge a approuvé jeudi la remise de Salah Abdeslam à la France. L'homme arrêté le 18 mars dernier en Belgique est un suspect-clé des attentats du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis.

Publicité

Salah Abdeslam devrait bientôt être extradé vers la France. La justice belge a autorisé jeudi 31 mars la remise à la France du suspect-clé des attentats du 13 novembre à Paris et dernier rescapé présumé des commandos. Arrêté le 18 mars à Bruxelles, il s'était finalement dit prêt à "collaborer" avec les enquêteurs français.

L'assistant de son avocat, Me Cédric Moisse, a déclaré à la presse que son transfert en France pourrait intervenir "très vite".

La demande de remise aux autorités françaises a été examinée jeudi par la chambre du conseil de la cour d'appel de Bruxelles, une juridiction d'instruction siégeant à huis clos. Mais Abdeslam n'ayant pas été extrait de la prison de Bruges (nord-ouest), où il est incarcéré, un magistrat du parquet fédéral s'est donc rendu sur place dans la journée pour l'entendre.

"Vu le consentement explicite de Salah Abdeslam d'être remis aux autorités françaises, il devait encore être entendu par un magistrat fédéral conformément à la loi", a expliqué le parquet. "L'audience de la chambre du conseil est devenue sans objet, la remise de l'intéressé étant acceptée", a-t-on ajouté de même source.

En France "dans un délai de dix jours"

Dès lors, "le transfèrement est autorisé" et "les autorités belges et françaises décideront après concertation des modalités de cette remise", a expliqué le parquet fédéral belge. "Sauf circonstance exceptionnelle", il sera transféré en France "dans un délai de dix jours", a assuré le Garde des Sceaux français, Jean-Jacques Urvoas.

Salah Abdeslam, 26 ans, a d'abord été entendu le 19 mars, puis de nouveau après les attentats du 22 mars à Bruxelles, mais s'est peu livré lors de ces auditions. Ce Français d'origine marocaine est soupçonné d'avoir été une cheville ouvrière des attentats de Paris et Saint-Denis, qui ont fait 130 morts le 13 novembre 2015.

Il s'était d'abord opposé à son transfert en France avant de changer de stratégie le 24 mars, demandant à regagner la France pour "s'y expliquer".

"Je ne voudrais pas qu'il se referme .(...) S'il se refermait, ça nous mettrait encore devant d'autres Zaventem [aéroport de Bruxelles où un attentat a fait de nombreux morts le 22 mars, NDLR] et d'autres Bataclan, et c'est peut-être ça que je veux éviter", avait déclaré son conseil Me Sven Mary la semaine dernière."Il souhaite collaborer avec les autorités françaises", a affirmé jeudi matin Me Moisse.

Avec AFP et Reuters

 

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.