Accéder au contenu principal

Un ex-otage des Taliban raconte sa captivité sur Twitter

Shahbaz Taseer peu après avoir retrouvé la liberté, le 8 mars 2016.
Shahbaz Taseer peu après avoir retrouvé la liberté, le 8 mars 2016. AFP PHOTO / Inter Services Public Relations

Le Pakistanais Shahbaz Taseer, prisonnier des Taliban pendant quatre ans, raconte depuis quelques jours sa captivité sur Twitter. Ces confesssions graves et drôles à la fois sont devenus très populaires au Pakistan

Publicité

Je t’avais bien dit que je reviendrais”. C’est la première chose que l’ex-otage pakistanais des Taliban Shahbaz Taseer a dit à sa femme Maheen lorsqu’il l’a retrouvée après plus de 4 ans et demi d’absence. Et il n’a pas fait part de ce moment d’intimité à des journalistes, refusant les sollicitations des médias traditionnels, mais sur Twitter.

Ce Pakistanais, qui a retrouvé la liberté le 8 mars, avait jusqu'alors gardé le silence sur sa captivité. Mais depuis trois jours ce fils d'un ex-gouverneur du Penjab twitte. Beaucoup. Sous le hashtag #AskST, Shahbaz Taseer répond aux questions des internautes. Entre gravité et humour, il livre le récit de sa détention.

Ton détaché et pizza

Mon meilleur ami pendant tout ce temps a été une araignée appelée Peter”, répond-il à un internaute qui voulait savoir s’il avait réussi à se lier d’une manière ou un autre à l’un de ses ravisseurs. Un autre lui demande s’il y avait quelque chose qui lui aurait plu chez ses “hôtes” Taliban. “Pas grand chose, mais leur turban était ‘cool’”, rétorque-t-il. L'une des choses les plus dures a été de ne pas pouvoir se raser pendant quatre ans. Mais finalement, il trouve que la barbe lui va bien.

Après plus de quatre ans d'absence, “quels sont les trois changements qui vous ont le plus frappés depuis votre retour ?”, veulent savoir beaucoup d'internautes. “Le métro, qui a l’air vraiment bien, la PS4 qui a l’air impressionnante et la nouvelle coupe de cheveux de ma femme”, répond Shahbaz Taseer. Mais ce sont “les jeux vidéos qui ont le plus changé” depuis qu’il a été kidnappé dans un quartier huppé de Lahore, le 26 août 2011, confesse ce jeune homme de 33 ans.

Ce ton détaché et la capacité de Shahbaz Taseer de répondre à des questions graves avec un certain humour a rapidement créé une certaine complicité avec ses interlocuteurs. À tel point qu'il en vient à partager sa passion pour le foot et ses goûts culinaires. En fan absolu de Manchester United, il ne manque pas une occasion d'appler l'entraîneur José Mourinho à la rescousse de son club fétiche.

À la question : "quand José Mourinho devrait-il signer à Manchester United", il répond "ce week-end si possible".

Commenter l'actualité du foot anglais lui avait clairement manqué... tout comme manger des pizza. Et il ne se prive pas d'évoquer son plaisir d'avoir pu retrouver le goût de cette spécialité italienne.

Message à ses ravisseurs

Il y a cependant une question à laquelle il répond avec le plus grand sérieux : son attachement au Pakistan. “Ce pays est ma famille” et “je ne le quitterais jamais”, affirme-t-il à ceux qui veulent savoir si sa captivité lui avait donné envie de partir vers d’autres horizons. Ses ravisseurs n’ont pas vaincu son amour du pays... et le Pakistan le lui rend bien puisque le hashtag #AskSR est l'un des plus populaires du moment dans le pays et que plus de 15 000 personnes suivent ses confidences d'ex-otage.

Toute cette discussion à tweets rompus semble d’ailleurs aussi être un message adressé à ceux qui l’ont kidnappé : il peut déjà parler librement et avec distance de cette épreuve. Les Taliban lui permettaient ponctuellement de consulter Twitter et il espérait “bien qu’ils liront ce que nous sommes en train de dire”.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.