Accéder au contenu principal

Accord entre Bruxelles et les syndicats de police en vue de la réouverture de l'aéroport

Deux kamikazes ont activé leur charge explosive le 22 mars dans le hall des départs de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem.
Deux kamikazes ont activé leur charge explosive le 22 mars dans le hall des départs de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem. Dirk Waem, BELGA, AFP

Après un accord vendredi sur de nouvelles mesures de sécurité, Bruxelles espère rouvrir son aéroport international dimanche, douze jours après les attentats meurtriers qui ont aussi eu de lourdes conséquences pour ce poumon de l'économie belge.

PUBLICITÉ

Fermé depuis les attentats du 22 mars, l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem pourrait rouvrir dimanche 3 avril. Le gouvernement belge et les syndicats de police qui réclamaient une sécurité renforcée dans les aéroports belges après les attentats de Bruxelles sont parvenus à un accord vendredi 1er avril au soir.

"On espère que la réouverture pourra intervenir dimanche matin", a déclaré une source gouvernementale à l'AFP, après un accord vendredi soir avec les syndicats de police qui réclamaient une sécurité renforcée dans les aéroports du royaume.

Le feu vert attendu samedi

L'aéroport, dont le hall des départs a été dévasté par un double attentat-suicide, est depuis jeudi "techniquement prêt" pour accueillir de nouveau des voyageurs dans un bâtiment provisoire, à 20 % de sa capacité normale d'absorption des enregistrements, selon son exploitant Brussels Airport. L'ultime feu vert à la reprise partielle de l'activité à Zaventem devait désormais être donné à Brussels Airport par le gouvernement, vraisemblablement samedi.

La réouverture partielle des comptoirs d'enregistrement dans un bâtiment provisoire,et les premiers vols au départ de Zaventem, pourraient toutefois ne pas intervenir avant dimanche, selon Florence Muls, porte-parole de Brussels Airport.

Les autorités voulaient rouvrir l'aéroport vendredi soir mais n'ont pu le faire, la police fédérale exigeant des mesures de sécurité supplémentaires. Ils demandaient notamment un "contrôle systématique" des passagers et bagages avant l'entrée dans l'aéroport. Les responsables de l'aéroport n'étaient pas d'accord, jugeant que cela entraînerait de trop longues files d'attente.

"Deuxième pôle de croissance économique"

Avec 260 entreprises intervenant dans ses murs, et 20 000 personnes qui y travaillent, l'aéroport de Bruxelles-Zaventem est l'un des principaux employeurs de Belgique. Il revendique le rang de "deuxième pôle de croissance économique" après le port d'Anvers, avec une contribution d'environ trois milliards d'euros au produit intérieur brut.

Et certains acteurs économiques commençaient à s'impatienter, reconnaît la porte-parole de Brussels Airport, Florence Muls. "On a eu des marques de soutien mais aussi des questions, par exemple des offices du tourisme, qui comptent sur nous pour rétablir la situation", dit-elle. Peu d'entreprises ont chiffré à ce stade leur manque à gagner hormis la compagnie aérienne Brussels Airlines, qui l'évalue à cinq millions d'euros par jour.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.