Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Avion russe abattu en Syrie : "un tragique concours de circonstances"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Maduro chez "Salt Bae" : un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Lamjarred : la star marocaine placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgences à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Je veux reconstruire la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

Découvertes

WhatsApp est désormais crypté... mais pas anonyme pour autant

© BLOOMBERG / GETTY IMAGES

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 13/09/2018

WhatsApp a annoncé mardi le chiffrement des messages et appels qui transitent sur sa plateforme de messagerie instantanée. Attention : les messages n'en sont pas pour autant devenus anonymes.

Crypter tous les envois sur sa plateforme : c'est ce que promet désormais la nouvelle version de WhatsApp. La messagerie instantanée, propritété de Facebook, affirme vouloir protéger davantage les données de ses utilisateurs. 

VOIR AUSSI : Comment maîtriser Slack et convaincre vos collègues de l'utiliser

"Nous sommes fiers de vous annoncer une avancée technologique qui fait de WhatsApp un modèle de protection de vos communications privées : le chiffrement total de bout en bout", peut-on lire sur le blog du service de messagerie.

Seule une clé peut ouvrir le message

"Quand vous envoyez un message à quelqu'un, la seule personne qui peut le lire est la personne ou le groupe à qui vous destinez le message. Aucune tierce personne ne peut accéder au message. Ni les cybercriminels, ni les pirates, pas même les régimes oppressifs. Pas même nous", explique WhatsApp.

Ainsi, tout échange entre deux personnes possédant la dernière version de l'application sera entièrement protégé. En effet, c'est une clé qui permettra à chaque destinataire d'ouvrir ce qui lui a été envoyé (messages textes, photos, vidéos dans des discussions directes, appels).

Le chiffrement fonctionne comme ceci : chaque utilisateur de WhatsApp possède une clé générée lors de son inscription. Lorsqu'une conversation débute, le compte d'une personne A demande la clé du compte d'une personne B. Des clés temporaires sont mélangées aux clés des comptes A et B, ce qui crée un chiffrement périssable. Le cryptage change donc à chaque nouveau message.

Mais le cryptage n'est pas l'anonymat

Compte tenu du grand nombre d'utilisateurs de WhatsApp, cette nouvelle est une indéniable avancée pour la cybersécurité. En revanche, il est important de rappeler une chose : le chiffrement n'est pas l'anonymat. Ce qui veut dire que si le contenu de votre message demeure secret, l'existence même de votre correspondance avec une personne, elle, est bien gardée sur les serveurs de WhatsApp.

Ainsi, "WhatsApp se réserve le droit de conserver la date et l'heure des informations associées aux messages envoyés, les numéros de téléphone mobile impliqués dans les messages, ainsi que toute autre information que WhatsApp est légalement obligé de conserver", peut-on lire dans les informations légales du service de messagerie. Utiliser cette nouvelle version de WhatsApp n'est donc pas non plus le moyen ultime de protéger vos communications.

Reste que le choix du chiffrement fait par WhatsApp intervient en plein débat sur l'accès des gouvernements (et de ses services de police) aux communications numériques, à la faveur du conflit entre Apple et le FBI, lié à l'un des auteurs de la tuerie de San Bernardino en décembre dernier.

Les États-Unis pourraient légiférer afin de contraindre les groupes technologiques à conserver des "clés" permettant de récupérer les données dans certains cas d'enquête criminelle. L'histoire ne dit pas encore ce qu'il se passera si le gouvernement exige d'un service de messagerie qu'il lui livre des "clés"... qu'il ne possède pas.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 13/09/2018