Accéder au contenu principal

L'évêque de Pontoise finit par admettre que la pédophilie est un "péché"

L'évêque de Pontoise Stanislas Lalanne (au centre) est en charge de la cellule de veille de l'Église contre la pédophilie.
L'évêque de Pontoise Stanislas Lalanne (au centre) est en charge de la cellule de veille de l'Église contre la pédophilie. AFP (Archive)

L'évêque de Pontoise Stanislas Lalanne a finalement admis, mercredi soir, que la pédophilie était "un péché objectivement grave", après avoir hésité la veille à la qualifier ainsi, provoquant une vive polémique.

Publicité

Après avoir hésité à qualifier la pédophilie de "péché", mardi, sur les ondes de la radio RCF, l'évêque de Pontoise Stanislas Lalanne a finalement admis, mercredi 6 avril, qu'il s'agissait d'un "péché objectivement grave" et que "dans tous les cas, l'acte [était] gravement condamnable".

"C'est une faute qui doit être sanctionnée car l'on ne peut jamais laisser faire ce qui blesse aussi profondément et durablement un enfant", a déclaré Stanislas Lalanne, dans un communiqué. "La pédophilie, dans tous les cas, est [...] un crime atroce qui offense Dieu et blesse la dignité de la personne humaine créée à son image", a ajouté le responsable de la cellule de veille de l'Église contre la pédophilie.

Des victimes de pédophilie choquées

La veille, Mgr Lalanne avait déclaré que la pédophilie était "un mal" mais qu'il ne "saurait pas dire" si c'était un péché. Ses déclarations avaient choqué les victimes de pédophilie. Les membres de l'association La Parole Libérée, qui ont contribué à médiatiser des affaires de pédophilie à Lyon, ont dénoncé une "communication de l'Église de France empreinte de maladresses et d'amateurisme". Pour eux, les propos de Mgr Lalanne résonnent "de manière violente et dégradante pour les victimes d'actes de pédophilie".

Cette polémique intervient alors que l'Église est de nouveau entachée par un scandale de pédophilie. Fin janvier, un prêtre lyonnais, Bernard Preynat, a été mis en examen pour des agressions sexuelles commises il y a plus de 25 ans sur des scouts. Une enquête a été ouverte dans la foulée pour non dénonciation visant les responsables du diocèse, dont le cardinal Philippe Barbarin. Depuis, quatre autres affaires de religieux accusés de pédophilie ou d'agressions sexuelles sont venues ou revenues à la surface dans le diocèse de Lyon.

Le pape François a plusieurs fois condamné clairement la pédophilie comme un "péché", la qualifiant récemment de "monstruosité". Jean Paul II avait quant à lui déclaré : "Il est juste que la société le considère comme un crime. Mais c'est aussi un péché détestable aux yeux de Dieu".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.