Accéder au contenu principal

Plus d'une centaine de morts dans l'incendie d'un temple en Inde

Les incendies et bousculades sont fréquents dans les temples et lors d'événements religieux en Inde, le non respect des normes de sécurité est la plupart du temps en cause.
Les incendies et bousculades sont fréquents dans les temples et lors d'événements religieux en Inde, le non respect des normes de sécurité est la plupart du temps en cause. AFP

Un incendie dû à l'explosion non contrôlée d'engins pyrotechniques dans un temple du Kerala, dans le sud-ouest de l'Inde, a provoqué la mort de plus de 100 personnes dans la nuit de samedi à dimanche. Au moins 250 personnes ont aussi été blessées.

Publicité

Plus de 100 personnes ont péri dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 avril dans un incendie, dans un temple du sud-ouest de l'Inde, où la foule était massée pour assister à un feu d'artifice.

Plus de 250 personnes ont aussi été blessées dans cette catastrophe vraisemblablement provoquée par l'explosion non contrôlée d'engins pyrotechniques dans le temple hindou de Puttingal Devi, dans la ville côtière de Paravur, dans le Kerala, lors des célébrations liées au Nouvel An hindou.

"Il a été confirmé que 102 personnes avaient été tuées et 280 blessés admis dans divers hôpitaux", a déclaré aux journalistes le chef de l'exécutif de l'État du Kerala, où se trouve le temple, Oommen Chandy.

Pompiers et policiers ont été à pied d'œuvre une partie de la nuit pour combattre les flammes dans ce temple situé dans le district de Kollam et porter secours aux victimes.

"La situation est désormais sous contrôle", a affirmé sur NDTV le ministre de l'Intérieur du Kerala, Ramesh Chennithala.

Normes de sécurité laxistes

Des images diffusées à la télévision ont montré une série de grosses explosions et des panaches de fumée, ainsi que des blessés arrivant dans les hôpitaux locaux. L'incendie a débuté après 3 h du matin (21 h 30 GMT samedi).

Les incendies et bousculades sont fréquents dans les temples et lors d'événements religieux en Inde, ils sont souvent le fait du non-respect des normes de sécurité.

De son côté, le Premier ministre Narendra Modi a fait part de son émoi face à cette catastrophe, annonçant que son ministre de la Santé se rendrait sur place, et qu'il se déplacerait également pour "faire le point sur la situation".

"Il n'y a pas de mots pour dire à quel point l'incendie dans le temple de Kollam est déchirant et choquant. Mes pensées vont aux familles des défunts et mes prières aux blessés", a-t-il dit sur Twitter. "Les mesures sont prises pour héliporter les blessés critiques", a-t-il ajouté.

Pas d’autorisation de procéder au feu d’artifice

Ministre en chef de l'État du Kerala, Oomen Chandy a accusé les responsables du temple d'avoir procédé au feu d'artifice alors qu'ils n'en avaient pas eu l'autorisation du fait de préoccupations sur les mesures de sécurité laxistes mises en œuvre par les organisateurs.

Le gouvernement du Kerala a ordonné une enquête sur les causes de l'incendie. Un haut responsable de la police a indiqué que le feu avait été provoqué par des étincelles retombées sur les feux d'artifice qui attendaient d'être tirés.

L'agence Press Trust of India (PTI) a en revanche rapporté que l'incendie avait été provoqué par l'explosion de pétards dans l'entrepôt où ces engins étaient rangés.

Cette catastrophe est survenue au moment où des législatives doivent prochainement se tenir dans l'État du Kerala, tenu par le parti du Congrès (opposition).

Avec ses longues plages, ses houseboats et ses plantations de thé, le Kerala est l'une des principales destinations touristiques de l'Inde.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.