Accéder au contenu principal

"Panama papers" : le siège de Mossack Fonseca perquisitionné

Des agents de police surveillent l'entrée du siège du cabinet d'avocats Mossack Fonseca, le 12 avril 2016.
Des agents de police surveillent l'entrée du siège du cabinet d'avocats Mossack Fonseca, le 12 avril 2016. Ed Grimaldo, AFP

La police panaméenne a perquisitionné, mardi, les locaux du cabinet d'avocats Mossack Fonseca, au cœur du scandale d'évasion fiscale dit des "Panama papers". Des opérations semblables sont également en cours "dans des filiales du groupe".

PUBLICITÉ

Le procureur général du Panama a diligenté, mardi 12 avril, une perquisition dans les bureaux du cabinet d’avocats Mossack Fonseca, au cœur du scandale mondial mis au jour dans les "Panama papers" sur un système d'évasion fiscale. Le but : rechercher des preuves d’une éventuelle activité illégale, ont annoncé les autorités.

"En ce moment sont menées une perquisition, une inspection visuelle et une fouille au siège de la société Mossack" dans la capitale panaméenne, a indiqué dans un communiqué le ministère public du Panama, précisant que des opérations semblables étaient en cours "dans des filiales du groupe".

>> À lire sur France 24 : "Le Panama, plaque tournante de l'évasion fiscale"

L'immeuble principal du cabinet était cerné par la police, devant lequel des dizaines de journalistes faisaient le pied de grue dans l'attente de déclarations, a constaté un journaliste de l'AFP.

Environ 214 000 sociétés offshore

Des listings émanant de Mossack Fonseka, spécialisée dans les montages de sociétés écrans, ont révélé que des dirigeants politiques et économiques de divers pays, des sportifs ou encore des milliardaires avaient fait appel à ses services pour créer des sociétés dans des paradis fiscaux. Dans un communiqué, la police dit rechercher des documents "susceptibles d’établir l’utilisation éventuelle de la société pour des activités illicites".

>> À lire sur France 24 : "Dans les coulisses des 'Panama papers' à Washington"

Plus de 214 000 entités offshore sont impliquées dans plus de 200 pays et territoires selon les révélations du consortium d'investigation des journlaistes (ICIJ) qui a mené l’enquête. Ces agissements couvrent une période de près de 40 ans allant de 1977 à 2015.

Les autorités fiscales du Pérou ont également perquisitionné lundi la filiale du cabinet à Lima pour y saisir des documents, tandis qu'à San Salvador, la police a saisi du matériel informatique la semaine dernière.

"Le cabinet n'a enfreint aucune loi", selon Mossack Fonseca

Début avril, face au tollé provoqué par les "Panama papers", le cabinet d’avocats a affirmé avoir été victime d’un piratage externe et porté plainte auprès de la justice panaméenne. Le cabinet n’a enfreint aucune loi et n’a jamais aidé quiconque à se soustraire à l’impôt ou à blanchir de l’argent, avait déclaré à Reuters l’un de ses fondateurs, Ramon Fonseca.

Une défense qui n’a pas convaincu Paris. Le 8 avril, la France a annoncé qu'elle replacerait en 2017 le petit pays latino-américain sur la liste des paradis fiscaux dont elle l'avait retiré en 2012 et demanderait à l'OCDE d'en faire autant.

De son côté, la Commission européenne a présenté un nouveau plan pour obliger les multinationales à la transparence fiscale. La nouvelle directive de la Commission prévoit de rendre publiques – "pays par pays" au sein de l'UE – les données comptables et fiscales des multinationales, soit leur chiffre d'affaires, leurs bénéfices, ainsi que l'assiette fiscale et les impôts payés dans les différents États membres.

Avec Reuters et AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.