Accéder au contenu principal

Cinq personnes incarcérées en Turquie pour "insultes" contre le président Erdogan

Le président turc multiplie les poursuites judiciaires contre ses concitoyens accusés de salir son image.
Le président turc multiplie les poursuites judiciaires contre ses concitoyens accusés de salir son image. AFP

Cinq personnes ont été arrêtées en Turquie pour "insultes" à l'encontre du président Erdogan. En Turquie, les procès pour injures contre le chef de l'État se sont multipliés depuis 2014.

Publicité

Cinq personnes ont été incarcérées en Turquie pour avoir "insulté" le président turc Recep Tayyip Erdogan, a rapporté mercredi l'agence de presse Dogan. Les cinq hommes, originaires de la province de Sanliurfa (sud), sont accusés d'avoir injurié le président turc sur les réseaux sociaux

Une sixième personne a été arrêtée avant d'être relâchée, selon l'agence.

>> À lire sur France 24 : "Libération d’un lycéen arrêté pour avoir insulté Erdogan"

Les procès pour injure envers Recep Tayyip Erdogan se sont multipliés depuis son élection à la tête de l'État en août 2014, signe, selon ses détracteurs, d'une dérive autoritaire.

Près de 2 000 procédures judiciaires ont été lancées en Turquie, visant aussi bien artistes et journalistes que simples particuliers.

>> À lire sur France 24 : "Un mari porte plainte contre son épouse pour avoir insulté le président Erdogan"

Les sanctions prononcées pour ce délit se limitent dans la plupart des cas à des peines de prison avec sursis, mais une femme a été condamnée le 20 janvier à 11 mois de prison ferme pour un geste obscène à l'endroit d’Erdogan lors d'une manifestation en mars 2014.

En Allemagne, deux satires télévisées visant le président turc ont tendu ces dernières semaines les relations entre Berlin et Ankara. Erdogan a réclamé des poursuites contre l'humoriste Jan Böhmermann l'ayant dépeint en pédophile et zoophile.

>> À lire sur France 24 : "Une ancienne miss Turquie risque la prison pour insultes contre Erdogan"

Le gouvernement allemand, embarrassé, doit, dans les jours à venir, dire s'il autorise des poursuites contre l'humoriste pour "insultes" visant le représentant d'un État étranger, un délit passible de trois ans de prison.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.