Accéder au contenu principal

Débat houleux entre Clinton et Sanders avant la primaire de New York

Les deux candidats à la primaire démocrate, Hillary Clinton et Bernie Sanders se serrent la main avant un débat sur CNN, jeudi 14 avril 2016, à New York.
Les deux candidats à la primaire démocrate, Hillary Clinton et Bernie Sanders se serrent la main avant un débat sur CNN, jeudi 14 avril 2016, à New York. Justin Sullivan, Getty Images North America/AFP

Cinq jours avant la primaire démocrate cruciale de l'État de New York, Hillary Clinton et Bernie Sanders n'ont pas fait dans la dentelle, jeudi soir lors d'un débat sur CNN marqué par des échanges musclés entre les deux candidats.

Publicité

Les démocrates Hillary Clinton et Bernie Sanders se sont violemment affrontés, jeudi 14 avril, dans un débat à haut risque cinq jours avant les élections primaires de New York. 

Le sénateur du Vermont a délenché les hostilités en affirmant d'entrée de jeu qu’Hillary Clinton "manquait du genre de jugement dont nous avons besoin, pour être le genre de président dont nous avons besoin".

Il a rappelé que l’ancienne secrétaire d’État des États-Unis avait voté pour la guerre en Irak, pour des accords commerciaux "désastreux", et dénoncé le fait qu'un de ses super-pac (comité d'action politique qui finance les campagnes) ait reçu des millions de Wall Street.

"Les New-Yorkais ont voté deux fois pour que je sois leur sénatrice", a riposté Hillary Clinton. "Le président Obama a fait suffisamment confiance à mon jugement pour me demander d'être sa secrétaire d'État", a-t-elle ajouté, avant de rappeler que dans une récente interview, Bernie Sanders avait eu du mal à "répondre à des questions" sur un objectif clé de son programme, le démantèlement des grandes banques, et sur des points de politique étrangère.

Hillary Clinton à nouveau mise en cause pour ses liens avec Wall Street

Durant le débat, les deux démocrates se sont affrontés sur l'économie, le réchauffement climatique, le gaz de schiste, le contrôle des armes, le salaire minimum, l'université gratuite voulue par Bernie Sanders, l'assurance maladie, la politique étrangère.

Le sénateur du Vermont s'est moqué des liens d’Hillary Clinton avec Wall Street et de son insistance à dire qu'elle était montée au créneau contre les grosses banques quand elle était sénatrice.

"Était-ce avant ou après que vous avez reçu de grosses sommes d'argent pour faire des discours ? Ils ont du être très très contrariés par ce que vous leur avez dit", a-t-il ironisé.

>> À voir sur France 24 : "L'écart entre Hillary Clinton et Bernie Sanders se réduit"

Quant à l’ancienne sénatrice de New York, elle a attaqué son rival sur le fait qu'il se soit positionné contre la possibilité pour des victimes de poursuivre les fabricants d'armes à feu. D'autant que jeudi, une juge a estimé que les familles des enfants de l'école de Sandy Hook (Connecticut), tués en 2012, avaient le droit de poursuivre le fabricant de l'arme impliquée.

L'augmentation du salaire horaire minimum à 15 dollars les a également opposés. Hillary Clinton a affirmé qu'elle était prête à signer une loi en ce sens. "Je suis sûr que beaucoup de gens sont très surpris d'apprendre que vous êtes pour" cette augmentation, a répondu Bernie Sanders.

L’État de New York : un enjeu de taille

Tout au long du débat, organisé à la Duggal Greenhouse, dans les anciens chantiers navals de Brooklyn, les deux démocrates se sont fréquemment coupé la parole. Les échanges sont devenus à un point tellement tendus, que le modérateur de CNN leur a dit que s'ils criaient ainsi, les téléspectateurs ne pourraient les entendre ni l'un ni l'autre.

Il s’agissait de la dernière occasion, pour les millions d'électeurs new-yorkais, de voir les deux démocrates côte à côte avant les primaires du 19 avril.

Hillary Clinton, 68 ans, a une moyenne de 13,8 points d'avance sur le sénateur du Vermont dans les sondages, et espère une large victoire dans l'État dont elle a été sénatrice de 2001 à 2009. Né à Brooklyn, Bernie Sanders veut, lui, croire à son élan, porté par sept victoires consécutives aux primaires dans autant d'États depuis le 22 mars.

Les deux candidats ont bien conscience que l’enjeu des primaires de New York est de taille : 291 délégués démocrates (dont 44 super-délégués) sont en jeu, le plus gros butin derrière la Californie. Une large victoire permettrait à l’ancienne "First Lady" de creuser définitivement l'écart et voguer sans souci vers l'investiture de son parti pour la présidentielle de novembre.

Elle a déjà engrangé plus de 1 700 délégués, contre un peu plus de 1 100 pour Bernie Sanders, 74 ans. Il en faut 2 383 pour devenir le candidat du parti démocrate à l'élection présidentielle.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.