Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

VOUS ÊTES ICI

Dans les coulisses du Moulin Rouge

En savoir plus

L’invité du jour

Sobel Aziz Ngom : "Si chacun fait sa part, à sa manière, on pourra équilibrer ce qu'on a en commun"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet retour en Ouganda : que reste-t-il d'Idi Amin Dada ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Shinzo Abe, la passe de trois

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les appartements fantômes de Caracas

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Theresa May humiliée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : un opposant menacé de mort en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe sans solution ?

En savoir plus

Découvertes

Retour sur l'improbable procès de Johnny Depp et Amber Heard en Australie

© AAPIMAGE

Texte par Majda ABDELLAH

Dernière modification : 18/04/2016

Johnny Depp et sa compagne Amber Heard ont comparu lundi devant la justice australienne. L'actrice, qui avait fait entrer illégalement sur le territoire australien ses deux chiens, s'en est sortie avec une amende. Résumé d'une affaire WTF.

En mai 2015, Pistol et Boo, deux yorkshires, voyagent avec leur maîtresse Amber Heard vers l'Australie pour rejoindre Johnny Depp. L'acteur est alors en plein tournage du nouvel opus de "Pirates des Caraïbes". Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, à un détail près : Amber Heard a caché ses deux chiens aux autorités sanitaires à son arrivée alors que les lois australiennes imposent aux chiens et chats venus des États-Unis dix jours de quarantaine avant de pouvoir circuler librement.

VOIR AUSSI : L'Australie a produit un film choc pour décourager les candidats à l'immigration

Le secret avait été gardé jusqu'à ce qu'une vidéo, postée sur Facebook par une toiletteuse canine et mettant en scène Pistol et Boo, soit diffusée sur Internet. La femme, soupçonnant l'arrivée illégale sur le territoire des deux chiens, y mettait en garde des internautes contre les risques d'importations de maladies.

Rapidement, l'affaire avait donc pris une toute autre ampleur. Le ministre de l'Agriculture australien, Barnaby Joyce, aujourd'hui Premier ministre, avait réagi en personne en ordonnant à Johnny Depp et à ses toutous de quitter le territoire, ou précisément de "foutre le camp", au risque de voir les deux compagnons de l'acteur euthanasiés. Depp et son épouse avaient finalement renvoyé Pistol et Boo en Californie par mesure de sécurité.

Hypermédiatisation

La vie avait alors repris son cours en Australie, jusqu'à ce lundi 18 avril, date du procès d'Amber Heard pour "violation des règlements de la quarantaine sanitaire". L'actrice, qui plaide coupable, est arrivée lundi au tribunal de Southport aux côtés de son compagnon, et ce non sans remue-ménage.

Encerclé par des dizaines de caméras, mais surtout innondé par des fans venus demander un autographe - certains accompagnés de leurs propres chiens en signe de soutien - le couple est apparu bien entouré.

La vidéo WTF version otages

Au cours du procès, une étrange vidéo a été difusée : on y voit le couple présenter ses plus plates excuses. Postée par leur ennemi numéro un, aka Barnaby Joyce, sur sa page Facebook, on la croirait tout droit sortie d'une scène d'otages tournée en Corée du Nord. Johnny Depp et Amber Heard y apparaissent, l'air grave, comme s'il avaient été contraints de chanter les louanges l'Australie. "Un trésor de plantes, d'animaux et de personnes uniques", nous dit Amber Heard. Avant d'être rejointe par son compagnon : "Les Autraliens sont tout aussi uniques, chaleureux et directs. Si vous ne respectez pas la loi australienne, ils vous le diront fermement".

"Déclarez tout ce que vous ramenez avec vous", affirme d'un ton très monotone Johnny Depp.

Finalement, tout est bien qui finit bien : alors qu'elle encourait dix ans d'emprisonnement, Amber Heard a finalement été condamnée à une amende de 1 000 dollars. On ne blague pas avec les lois australiennes. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 18/04/2016