Accéder au contenu principal
AFGHANISTAN

Afghanistan : attentat-suicide des Taliban dans le centre de Kaboul, des victimes

Un policier afghan monte la garde devant les lieux de l'attentat, à Kaboul.
Un policier afghan monte la garde devant les lieux de l'attentat, à Kaboul. Wakil Kohsar, AFP
|
Vidéo par : Claire DEBUYSER
3 mn

La capitale afghane a été secouée par une attaque des Taliban, mardi matin, faisant au moins 28 morts et plusieurs centaines de blessés, a annoncé la présidence. Des échanges de tirs ont également eu lieu entre forces de sécurité et insurgés.

Publicité

Un attentat-suicide à la voiture piégée revendiqué par les Taliban a secoué, mardi 19 avril dans la matinée, le centre de Kaboul. La police a fait état d'au moins 28 morts. Des civils et des membres des forces afghanes de sécurité figurent parmi les victimes. Plus tôt, Mohammed Ismaïl Kawoosi, le porte-parole du ministère de la Santé, avait évoqué 327 blessés, dont de nombreux "dans un état grave". Le bilan pourrait s'alourdir au fil de la journée.

La très forte explosion, survenue en heure de pointe matinale, a visé un bâtiment du NDS, les services de renseignement afghans, selon Zabiullah Moudjahid, porte-parole des Taliban. Selon lui, "des combattants sont entrés à l'intérieur du complexe", une assertion que les services de sécurité n'étaient pas en mesure de confirmer. Des échanges de coups de feu se sont produits à proximité du bâtiment, selon des journalistes de l'AFP sur place.

"La première explosion a été causée par un attentat-suicide à la voiture piégée. Un ou deux insurgés pourraient encore être en train de résister", a indiqué à l'AFP Sediq Sediqqi, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

>> À lire sur France 24 : Station-service fantôme, moutons italiens... Les projets fous du Pentagone en Afghanistan

Le début de "l’offensive de printemps"

Les Taliban ont fréquemment recours aux attentats-suicides contre la police et l'armée afghanes, ainsi que les services de renseignement, tous qualifiés de "larbins" des forces étrangères déployées en Afghanistan.

Il y a tout juste une semaine, ces insurgés ont annoncé le début de leur "offensive de printemps" annuelle, baptisée "Opération Omari", en souvenir du mollah Omar, le défunt fondateur de leur mouvement. Ils ont indiqué vouloir mener des "attaques de grande envergure" dans tout le pays, notamment contre les 13 000 soldats de l'Otan dont ils exigent le départ d'Afghanistan.

Les insurgés ont d'ailleurs lancé vendredi un assaut contre Kunduz, la grande ville du Nord, qu'ils étaient parvenus à envahir et à tenir pendant quelques jours à l'automne dernier. L'armée afghane, seule en première ligne depuis la fin de la mission de combat de l'Otan fin 2014, a toutefois réussi à repousser cette nouvelle offensive sur Kunduz.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.