Accéder au contenu principal

Colo #Digigirlz : des jeunes filles en réseaux d'éducation prioritaire sont initiées au code

Mashable FR

Du 18 au 22 avril 2016, une vingtaine de collégiennes issues de réseaux d'éducation prioritaire participent à une colo #Digigirlz, organisée par Microsoft et l'association ZUP de CO.

Publicité

La majorité des métiers du numérique de demain n'existent pas encore. Et si l'on ne donne pas un coup de pied dans la fourmilière en montrant que ces emplois ne sont réservés ni aux garçons, ni aux premiers de classe, le secteur risque de passer à côté de bien des talents.

"Le but n'est pas d'en faire une armée de codeuses..."

Du 18 au 22 avril, une colo #Digigirlz organisée par Microsoft et l'association ZUP de CO se donnent pour objectif de faire découvrir à des jeunes filles issues de collèges en réseau d'éducation prioritaire, des vocations dont elles n'avaient pas nécessairement connaissance.

VOIR AUSSI : Révolution numérique : pourquoi il faut changer l'école

Initiation au code, rencontres avec des professionnels du métier, visites d'entreprises... Les collégiennes volontaires (elles auraient pu rester en vacances) font leur grand plongeon dans l'univers des métiers du numérique.

Faire intervenir des femmes "pour que les collégiennes se projettent"

Cette troisième colo #Digigirlz a démarré par un lundi passé dans les locaux de Microsoft. "On a voulu faire intervenir des femmes, l'objectif étant que les collégiennes puissent se projeter", raconte Céline Corno, chargée de développement à l'association ZUP de CO, "elles ont donc pu discuter avec une commerciale et une responsable du community management chez Microsoft".

VOIR AUSSI : Hack, code, cybersécurité : où sont les femmes ?

Cette semaine, les jeunes participantes pourront également échanger avec d'autres professionnels et visiter des entreprises comme Schneider, France TV ou encore Parrot. Mais hors de question de limiter la colo #Digigirlz aux rencontres. "On leur fait aussi mettre la main à la pâte, il faut qu'elles s'amusent", poursuit Céline Corno, qui se dit convaincue qu'il faut "montrer aux jeunes filles que ces métiers sont accessibles".

"... mais au moins, elles savent que ces métiers existent"

En plus de repartir au fait des dernières innovations (Machine Learning, Big Data), les collégiennes auront donc participé à un atelier Community Management et une initiation au code, organisée à la Web@cadémie, une formation gratuite qui s'adresse aux jeunes déscolarisés et passionnés par l'informatique. "C'est intéressant qu'elles soient encadrés par ces quelques étudiants de la Web@cadémie. Ces jeunes ont décroché avant le bac et pourtant, ils sont une excellente preuve que l'on peut quand même se former dans d'autres structures, moins tournées vers le cours professoral", ajoute la chargée de développement de ZUP de CO.

"Ce n'est pas du tout que pour les garçons !"

La colo #Digigirlz a également eu le mérite de rompre le cou à quelques idées reçues. Pour s'en rendre compte, il suffit d'écouter Habibita, qui a compris que les métiers du numérique n'étaient pas forcément tous "techniques" : "Il y a d'autres qualités aussi. Il y a les métiers où il faut savoir écouter, se mettre à la place de l'autre. Il faut de l'empathie", explique l'élève de 3e, qui avait en tête la présentation de la commerciale chez Microsoft.

Ouvrir le champ des possibles

Quant à savoir si la colo aura lancé des vocations ? "Le but n'est pas d'en faire une armée de codeuses", reconnaît Céline Corno. "Elles sont encore jeunes et ont le temps de se faire un avis. Mais au moins, elles savent que ces métiers existent. Elles le notent dans un coin de leur tête". Que l'essai soit transformé ou non, ce type d'initiative permet en tout cas à des jeunes d'envisager certaines formations qu'on ne leur avait pas toujours présentées auparavant.

"Ce n'est pas du tout que pour les garçons ! Les filles aussi peuvent travailler dans ces métiers-là", s'exclament en chœur Faanta, Daphné, Sherazad, élèves de 4e, en pleine initiation au code. "Je ne sais pas encore si je veux faire un de ces métiers, je me laisse la semaine pour tout découvrir et puis voir", ajoute Daphné. Tant mieux, puisque la colo se terminera par quelques ateliers de coaching, au cours desquels les jeunes filles apprendront à identifier leurs qualités respectives, afin de dégager leurs compétences les plus fortes... pour un métier du numérique. Ou pour un autre.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.