Accéder au contenu principal

"Truffe", "faux jeton" : le président de l’OM face à un torrent d’insultes

Le président de l'OM Vincent Labrune, le 7 janvier 2012 au Stade de France avant un match de coupe de France contre le Red Star.
Le président de l'OM Vincent Labrune, le 7 janvier 2012 au Stade de France avant un match de coupe de France contre le Red Star. Franck Fife, AFP

Le Canard enchaîné révèle, mercredi, que le président de l’OM, Vincent Labrune, est l’objet de quolibets de la part de personnalités du football marseillais. Des injures incidemment captées par les écoutes judiciaires visant le club.

Publicité

Alors que l’Olympique de Marseille (OM) se trouve dans la tourmente, son président Vincent Labrune bénéficie d’un coup de projecteur dont il se serait bien passé. Le Canard enchaîné dévoile, dans son édition du mercredi 20 avril, le contenu d’écoutes ordonnées par des juges marseillais dans le cadre de soupçons "d’extorsion de fonds en bande organisée et d’association de malfaiteurs".

Il en ressort que le président phocéen n’est guère estimé par plusieurs personnalités du monde du football gravitant ou ayant gravité autour de Marseille. Petit florilège de ces "galéjades, racket, bordées d’injures, menaces, coups de bluff et coups de sang" que détaille l’hebdomadaire.

"Il joue au fils de pute"

Pour Didier Deschamps, actuel sélectionneur de l’équipe de France, Vincent Labrune est "une enculerie". Pour celui qui a entraîné l’OM entre 2009 et 2012 et qui l’a conduit au titre en 2010, le président "joue au fils de pute [car] pour sauver sa petite tronche, il (lui) fout sur la gueule !".

Autre sommité du foot marseillais à avoir donné involontairement son avis sur Vincent Labrune, l’agent Jean-Pierre Bernès, qui s’occupe notamment de Didier Deschamps et de joueurs de premier plan tels que Franck Ribéry, Mathieu Valbuena ou Antoine Griezmann. Pour lui, "Labrune est aux mains des voyous, tenu par les couilles". Un avis que semble partager Bernard Tapie, lui aussi président du club de 1986 à 1994, qui juge que Vincent Labrune "est un enculé, […] un petit pédé, […] rien du tout ! Une truffe intégrale".

Charles Villeneuve, ancien président du PSG et donc forcément encore plus prompt à dégainer, se lâche enfin : "Et l’autre con de chevelu, là ! Faux jeton de première classe ! Putain, il faudrait lui mettre une bouteille de Coca dans le cul et lui faire péter le sphincter !".

Cette déferlante frappe le président de l’OM, alors que le club est en plein changement d’entraîneur, à trois journées de la fin du championnat. Mis en vente, l'OM stagne à la quinzième place de Ligue 1, à seulement 6 points de la zone de relégation. Nul doute que les supporters apprécieront.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.