Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Harkis, une si longue attente"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Élysée enlisé dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

FRANCE

Supprimer l'impôt sur la fortune ? Valls recadre Macron

© Farouk Batiche, AFP | Le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, et le Premier ministre Manuel Valls, à Alger le 10 avril 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/04/2016

Après les critiques formulées par Emmanuel Macron au sujet de l'impôt de solidarité sur la fortune, le Premier ministre Manuel Valls a recadré le ministre de l'Économie en assurant que supprimer cette taxe serait "une faute".

Manuel Valls a procédé à une mise au point à destination de son ministre de l’Économie, mercredi 20 avril, sur les ondes de France Info. Le Premier ministre français n’a en effet pas goûté l’idée exprimée par Emmanuel Macron dans la revue Risques, lequel a estimé que l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) n’était pas "optimal".

"Supprimer cet impôt, supprimer l'impôt sur la fortune, qu'on peut toujours améliorer, rendre plus efficace d'un point de vue économique, serait une faute", a réagi Manuel Valls, "au nom même de la justice, et avec ce sentiment qui existe dans notre pays d'une forme d'injustice, notamment entre les plus pauvres et ceux qui en ont le plus".

Le chef du gouvernement a laissé entendre que la prise de position d'Emmanuel Macron était malvenue "au moment où nous créons cette prime d'activité, où nous avons annoncé une prolongation de cette augmentation du RSA, où nous nous attaquons pleinement à ce fléau que représente la pauvreté, où nous ouvrons ce débat sur le revenu universel."

Valls demande de la cohérence et de la loyauté

Le Premier ministre a par ailleurs rappelé à l'ordre le ministre de l'Economie, qui s'affranchit de plus en plus de la tutelle présidentielle et gouvernementale.

"Je demande à chaque ministre, puisqu'il reste encore un an, d'être pleinement attelé à sa fonction, à sa mission. Il y a encore beaucoup à faire pour l'économie française, pour la rendre plus compétitive, pour soutenir nos entreprises en France et à l'étranger", a également déclaré Manuel Valls. "Que chacun soit concentré sur sa tâche dans la cohérence et dans la loyauté."

Selon Le Figaro, qui rapporte des propos du ministre de l'Economie dans la revue Risques, publication de référence du secteur de l'assurance en France, Emmanuel Macron suggère d'en finir avec l'ISF lorsqu'il dit sa "préférence pour le risque face à la rente." Le ministre avait déclaré : "Je pense que la fiscalité sur le capital actuelle n'est pas optimale […]. Si on a une préférence pour le risque face à la rente, ce qui est mon cas, il faut préférer la taxation sur la succession aux impôts de type ISF".

Créé en 1989, l’ISF, qui a succédé à l'IGF (impôt sur les grandes fortunes) instauré par François Mitterrand en 1981 et abrogé par Jacques Chirac durant la cohabitation, a depuis subi de multiples aménagements.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 20/04/2016

  • POLITIQUE

    "En Marche" : Emmanuel Macron veut peser dans le débat politique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Voile islamique à l'université : Manuel Valls désavoué par un secrétaire d'État

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)