Accéder au contenu principal

Sur Instagram, un compte parodique de Barbie dénonce le "complexe du sauveur blanc" en Afrique

@BARBIESAVIOR ON INSTAGRAM

Un nouveau compte Instagram ironise sur la mauvaise foi de certains humanitaires occidentaux qui se rendent dans des pays africains pour se mettre en scène sur les réseaux sociaux. Quitte à flirter avec l'indécence.

Publicité

Vous vous souvenez probablement de Barbie hipster, qui nous avait montré il y a quelques mois sur Instragram a quel point sa vie faite de jolis cornets de glace, d'excursions en pleine nature et de visites au musée d'art contemporain était formidable. Une fois de plus, certains de vos amis risquent de se reconnaître. Le compte Instagram "Barbie savior" suit le quotidien d'une poupée Barbie de 20 ans partie faire du volontariat "en Afrique". Et forcément, celle-ci commente chacune de ses journées sur le réseau à grand renfort de selfies.

VOIR AUSSI : Non, la mode n'en a pas fini avec l'exotisme

Derrière ce compte se cachent deux jeunes femmes blanches qui souhaitent rester anonymes. Ces dernières ont raconté au Huffington Post s'être inspirées de leur propres expériences de bénévolat sur le continent africain, dans le but de dénoncer non pas les humanitaires en général mais plutôt le contexte dans lequel certains perçoivent l'aide qu'ils peuvent apporter. Car bien souvent, comme elles le rapportent, ces "bénévoles" finissent par se mettre en scène, montrant combien ils sont "utiles" pour ces populations défavorisées.

Aux États-Unis, ce type de comportement a même un nom : le "white savior complex", soit le "complexe du sauveur blanc". Si vous ne cernez toujours pas de quoi il s'agit, ces quelques images devraient vous aider...

Barbie prends des photos avec des enfants qu'elle ne connaît pas.

Barbie s'émerveille de ces découvertes culturelles au contact de populations finalement pas si différentes que ça. "Nous ne sommes pas la seule civilisation à aimer sauter sur les photos".

Barbie exécute des tâches auxquelles elle n'est absolument pas formée : "Qui a besoin d'être qualifié pour donner des cours en Afrique ? Pas moi, il faut simplement de la craie et une bonne dose d'optimisme". Bah oui.

Et exagère grossièrement l'impact de ses réalisations.

Ah oui, elle pleure aussi beaucoup, beaucoup, beaucoup. Barbie a d'ailleurs créé ainsi une ONG, "Exploiter les larmes", qui a pour slogan : "Exploiter les larmes des blancs pour fournir de l'eau à l'Afrique. Une larme après l'autre."

"Une vision simpliste"

Selon les créatrices, le compte Instagram entend bien dénoncer l'attitude réductrice et condescendante à l'égard du continent africain. "L'idée que l'Afrique doit être sauvée par les Occidentaux remontent à la colonisation et à l'esclavage. C'est une vision vraiment simpliste de tout un continent." Elles avouent pourtant avoir "fait des choses qui relevaient du complexe du sauveur blanc" et le regretter.

Heureusement, les créatrices de la Barbie sauveuse certifient n'être jamais allées aussi loin que leur parodie dans la mise en scène. Elles espèrent en tout cas voir se développer des débats sur le sujet. Car la Barbie sauveuse n'a pas plu à tout le monde, mais peu importe, les créatrices persistent et signent : "Si vous êtes offensés par ce compte, vous devriez plutôt vous sentir offensés par les vrais comptes qui mettent en scène ce comportement très sérieusement."

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.