Accéder au contenu principal

Primaires : Donald Trump et Hillary Clinton remportent la bataille de New York

Donald Trump et Hillary Clinton saluent leurs partisans le 19 avril 2016.
Donald Trump et Hillary Clinton saluent leurs partisans le 19 avril 2016. AFP

Partis favoris, Donald Trump et Hillary Clinton ont remporté, mardi soir, les primaires de l'État de New York. Des victoires décisives qui leur permettent de conforter leur avance avant les conventions démocrate et républicaine de juillet.

Publicité

Avec des victoires décisives dans l'État de New York lors des primaires, Donald Trump et Hillary Clinton confortent leur avance dans la course à la Maison Blanche, mardi 19 avril. 

Selon des résultats partiels portant sur 84 % des votants, Donald Trump l'a emporté côté républicain avec 59,8 % des suffrages, contre 25,2 % au gouverneur de l'Ohio John Kasich et 14,9 % au sénateur ultra-conservateur du Texas Ted Cruz. Le milliardaire né dans le Queens était donné favori.

Si Donald Trump semble remporter ce scrutin haut la main, l'écart est moins grand côté démocrate. Hillary Clinton, qui a par le passé été élue deux fois sénatrice à New York, l'a emporté par 57,3 % contre 42,7 % pour le sénateur du Vermont Bernie Sanders, selon des résultats portant sur 87 % des votants.

Cette victoire permet cependant à Hillary Clinton de rebondir, après une série de sept défaites dans huit États face à Bernie Sanders depuis le 22 mars.

Hillary Clinton : "La victoire est en vue"

"La course à l'investiture est dans la dernière ligne droite, et la victoire est en vue", a déclaré, radieuse, l'ex-secrétaire d'État depuis un hôtel de Manhattan, accompagnée de son mari Bill et de leur fille Chelsea. "Merci New York. Vous avez encore prouvé qu'il n'y a pas de meilleur endroit que la maison", a ajouté celle qui espère devenir la première présidente américaine de l'Histoire.

De son côté, Donald Trump a tenu à exprimer sa joie. "Je dois dire aux gens qui me connaissent le mieux, les gens de New York, quand ils nous donnent ce genre de vote, c'est tout simplement incroyable", a-t-il déclaré peu après l'annonce des résultats, depuis sa tour Trump Tower de Manhattan. "Nous allons redevenir si forts, si grands, j'ai hâte !", a-t-il ajouté.

Si Donald Trump remporte la majorité absolue dans chacun des 27 districts électoraux de l’État de New York, il décrochera les 95 délégués en jeu. Sinon, il devra partager avec ses deux concurrents, Ted Cruz et John Kasich. Pour l'homme d'affaires, qui a subi une défaite humiliante 15 jours plus tôt dans le Wisconsin, l’objectif est de se rapprocher des 1 237 délégués nécessaires pour remporter l’investiture à la convention républicaine de Cleveland au mois de juillet. S’il n’atteint pas ce seuil, le milliardaire pourrait avoir affaire à une convention dite "négociée", où un autre candidat pourrait finalement être choisi.

Bernie Sanders continue sa campagne

L'État de New York était crucial pour les candidats : il s'agit du deuxième État, derrière la Californie, en nombre de délégués : 247 démocrates et 95 républicains. Le prochain rendez-vous est fixé au mardi 26 avril, avec des scrutins en Pennsylvanie, Connecticut, Delaware, Maryland et Rhode Island.

Mais alors que Donald Trump et Hillary Clinton célébraient leurs bons scores, le candidat démocrate Bernie Sanders a quant à lui déploré l’organisation du scrutin. "Il est ridicule qu'à Brooklyn, New York, où je suis né, des dizaines de milliers de personnes, tel que je le comprends, aient été purgées des listes électorales", s'est indigné le sénateur de 74 ans. Les indépendants, acquis à sa cause, n'ont en effet pas pu voter lors de cette primaire démocrate, ce qui explique en partie sa défaite. Plus de 125 000 électeurs ont ainsi disparu des listes sur les quelque quatre millions affichant une affiliation partisane pour voter aux primaires.

Sans attendre les résultats, Bernie Sanders a préféré se concentrer sur les prochaines échéances électorales. Il était parti mardi faire campagne, tout comme John Kasich et Ted Cruz, en Pennsylvanie, qui organise ses primaires le 26 avril, en même temps que le Connecticut, Delaware, Maryland et Rhode Island.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.