Accéder au contenu principal

Mini "Super Tuesday" : carton plein pour Trump, large victoire pour Clinton

Des électeurs de Greenwich, dans le Connecticut, prennent part au vote des primaires, mardi 26 avril.
Des électeurs de Greenwich, dans le Connecticut, prennent part au vote des primaires, mardi 26 avril. Thimothy A. Clary, AFP

Les Américains du Delaware, du Maryland, de Rhode Island, de Pennsylvanie et du Connecticut étaient appelés aux urnes mardi, pour un mini "Super Tuesday". Donald Trump et Hillary Clinton sortent largement vainqueurs de ces primaires.

PUBLICITÉ

correspondante à Washington

Six semaines avant la fin des primaires aux États-Unis, les électeurs du Parti démocrate et du Parti républicain ont voté, mardi 26 avril, pour un nouveau "Super Tuesday", où Donald Trump et Hillary Clinton ont conforté leur statut de favori.

Les États du Delaware, du Maryland, de Rhode Island, de Pennsylvanie et du Connecticut ont fermé leurs bureaux de vote à 20 h locales (minuit GMT). Les trois quarts des délégués ont désormais été attribués pour chaque parti.

Trump se voit déjà vainqueur

Donald Trump a fait un carton plein en remportant les cinq États, où 183 délégués étaient en jeu. Les résultats partiels indiquaient des marges de victoire impressionnantes.

Après son discours de victoire à la Trump Tower, à New York, le candidat a répondu en direct aux questions des journalistes. Il a affirmé se considérer comme le "présumé nominé" du Parti républicain. "Le sénateur Cruz et le gouverneur Kasich devraient se retirer de la course", a-t-il ajouté, faisant allusion à ses adversaires.

>> À lire aussi sur France 24 : "Effrayés par la perspective d'une présidence Trump, les démocrates de France se mobilisent"

Mais la nomination n'est pas encore acquise pour le milliardaire. Donald Trump devra s'imposer avec une forte avance sur ses concurrents lors des dix primaires suivantes. Objectif : obtenir le soutien de 58 % des délégués encore en jeu, pour atteindre les 1 237 nécessaires à l'investiture. À l'issue du vote de mardi, 945 délégués le soutiennent.

France 24

Cruz et Kasich veulent faire barrage

Afin de faire barrage à Trump, Ted Cruz et John Kasich ont annoncé un pacte de non-agression dans trois États qui voteront plus tard, dont l'Indiana (3 mai) où John Kasich ne fera pas campagne afin de doper les chances de Ted Cruz.

>> À lire sur France 24 : "Primaires républicaines : Ted Cruz et John Kasich s'unissent pour contrer Donald Trump"

Les deux rivaux malheureux du milliardaire comptent ainsi provoquer une convention d'investiture "ouverte" ou "disputée", du jamais-vu depuis 40 ans. Les délégués voteraient alors autant de fois que nécessaire afin de dégager une majorité absolue, potentiellement en faveur des rivaux de Donald Trump.

Hillary Clinton poursuit son chemin vers la nomination

Côté démocrate, 384 délégués étaient en jeu mardi soir. Hillary Clinton a remporté le Maryland, le Delaware, la Pennsylvanie et le Connecticut. Son concurrent Bernie Sanders a mis la main sur le Rhode Island.

L'ex-secrétaire d'État accroît sa large avance en nombre de délégués sur son rival, sans compter environ 500 "super délégués" (élus et responsables du parti) qui lui sont favorables. La majorité requise pour l'emporter est de 2 383.

Peu après la fermeture des bureaux de vote, le candidat socialiste s'est exprimé depuis la Virginie occidentale. Il a répété combien sa campagne avait progressé alors qu'il n'était au départ qu'un inconnu en dehors du Vermont, l'État dont il est sénateur. Bernie Sanders, dont certains attendent qu'il abandonne face à l'avance quasi-insurmontable de l'ex-secrétaire d'État, tient bon. 

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.