Accéder au contenu principal

Mohed Altrad, 54e fortune de France, se dit "ouvert" à un rachat de l'OM

Mohed Altrad, le sauveur de l'OM ?
Mohed Altrad, le sauveur de l'OM ? Thierry Zoccolan, AFP

"Pourquoi pas Marseille ?" Mohed Altrad, richissime patron d'un important groupe industriel et président du club de rugby de Montpellier, s’est dit "ouvert" à un éventuel rachat du club de football de Marseille.

Publicité

Peut-être enfin une bonne nouvelle pour les supporteurs marseillais ? Mohed Altrad, entrepreneur français et président du Montpellier Hérault Rugby s’est dit intéressé par la reprise de l’Olympique de Marseille, mis en vente par son actionnaire majoritaire Margarita Louis-Dreyfus depuis le 13 avril.

"C’est un beau club, un club magnifique avec un public magnifique. Même lorsque Marseille n’est pas en très grande forme, vous avez un public extraordinaire qui est acquis à la cause du football. Donc pourquoi pas un jour", a-t-il confié vendredi 29 avril à BFM Business.

Et d’ajouter : "Ça peut être un support de communication extraordinaire. Marseille et Montpellier ne sont pas très loin. Je suis ouvert. Je ne me fixe pas d’objectif, je ne me mets pas d’obstacle (…) Alors pourquoi pas Marseille ?"

Mais le premier chef d’entreprise français à avoir remporté, en 2015, le prix mondial de l'entrepreneur décerné par le cabinet international Ernst & Young n’a donné aucune indication sur son agenda. "C’est un long processus. Ça bouge, ça revient. Pour l’instant, je souhaite accomplir ma mission à Montpellier en termes de rugby, amener des trophées au club (…). Je regarderai le dossier. Je ne l’ai pas vu."

>> À lire sur France 24 : Le Français Mohed Altrad sacré meilleur entrepreneur mondial

Une fortune estimée à 1,2 milliard d’euros

Né dans le désert syrien à une date inconnue, l’entrepreneur, élevé au grade d'officier de la Légion d'honneur, figure à la 54e place des plus grosses fortunes françaises, estimée à 1,2 milliard d’euros en 2015, selon le magazine Challenges.

Son groupe, Altrad, est l’un des leaders européens des échafaudages et des services aux industries du BTP. Il a enregistré un chiffre d'affaires de 870 millions d'euros en 2014.

En 2011, désireux de rendre la pareille à la terre qui l’a accueilli à son arrivée en France, Mohed Altrad reprend le club de rugby de Montpellier, alors en difficulté, et y injecte 2,4 millions d’euros.

Il se fait à cette époque remarquer par les médias locaux en raison de sa stratégie financière. Altrad licencie en effet un tiers des effectifs pour assainir les comptes du club, une décision jugée quasi révolutionnaire dans cette institution provinciale, comme le rappelle un article des "Echos" publié en 2013.

Toutefois, la méthode Altrad peine pour l'instant à rencontrer le succès dans le monde de l'Ovalie : Montpellier, malgré un effectif de qualité et quelques fulgurances, n'a remporté aucun titre depuis qu’il préside le club.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.