Accéder au contenu principal

Vidéo : le Nigeria, premier pays africain à gérer un satellite européen

Le centre aérospatial d'Abuja au Nigéria
Le centre aérospatial d'Abuja au Nigéria Capture France 24

En janvier, Belintersat 1, un satellite biélorusse qui fournit des services de télécoms et Internet, a été placé sur orbite. Il est contrôlé par le programme spatial nigérian. Nos reporters se sont rendus dans le centre spatial d'Abuja.

Publicité

Le 15 janvier dernier, le satellite biélorusse Belintersat 1 a été placé sur orbite. Et ce satellite de télécommunications est contrôlé par le programme spatial nigérian.

"Nous assurons sa veille technique. Mais nous fournissons aussi des services liés à Internet grâce à lui. Donc notre objectif est double", explique Danjuma Indihgihdah, l’un des coordinateurs de NigComSat, l'entreprise publique nigériane qui s'occupe du projet.

"C'est historique pour le Nigeria"

L’exploitation commerciale de ce satellite, qui fournit des services de télécoms et Internet en direction de 36 pays africains, est assuré par NigComSat. En remportant cette offre, le pays a obtenu une reconnaissance de son expertise dans ce domaine.

"C'est historique pour le Nigeria car nous étions en compétition avec des poids lourds de ce secteur partout dans le monde. Des grands pays d'Europe de l'Ouest avaient également postulé à ce projet. Nous l'avons remporté car nous étions déterminé", insiste Danjuma Indihgihdah.

Le Nigeria gère ce programme spatial depuis 10 ans, avec une assistance technique Chinoise. Le lancement, puis le pilotage d’un satelite européen constitue une véritable réussite. En l'espace d'une décennie, les techniciens nigérians ont repoussé les frontières au-dessus du pays.

"Dans un premier temps, nous pourrions utiliser le satellite pour certains de nos clients actuels. Et avec nos confrères bielorusses, nous pourrions aussi proposer des services pour tous les autres pays africains dans la zone couverte par le satellite", détaille Abimbola Alale, directrice général de NigComSat.

Les équipes du centre spatial planchent déjà sur le lancement de deux satellites d'ici cinq ans. Ils souhaitent ainsi conforter leur pays comme la première puissance africaine de l’espace.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.