Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

Mar Cuervo, l'artiste qui écrase des gâteaux contre la société du paraître

© Mar Cuervo | Contre l'injonction à la perfection, l'artiste Mar Cuervo écrase des gâteaux en signe de protestation contre "tout ce qui est beau, petit, mignon, fragile".

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 06/05/2016

Dans sa série "Destroyer. 2016", l'artiste Mar Cuervo écrase des gâteaux avec son poing ou sa paume de main – et c'est particulièrement jouissif à regarder.

Influencée par la musique des années 90, et en particulier le mouvement Riot grrrl, Mar Cuervo a grandi avec le féminisme punk rock.

Aujourd'hui adulte, l'artiste d'origine espagnole travaille sur l'identité de la femme et envisage l'art comme un moyen de militer.

VOIR AUSSI : Les sublimes GIF illustrés de Sparrows, artiste mystère

Diplômée d'un doctorat en beaux-arts, au cours duquel elle a planché sur la représentation des femmes de pêcheurs de coquillages en Espagne, Mar Cuervo a voulu offrir à ses idées un format plus court : celui du GIF.

Cette série consiste en une succession de séquences dans lesquelles elle écrase des gâteaux à la main. "Je pense que ça démange chacun d'entre nous. C'est quelque chose d'assez instinctif", explique-t-elle à Mashable FR en parlant de ces actes de violence envers les petites choses sucrées aux formes parfaites – dont la fragilité et la délicatesse rappellent aussi ce que l'on exige trop souvent des femmes.

Contre l'injonction à rentrer dans le moule

"C'était d'abord un rituel : je collectionnais des choses comestibles qui retenaient mon attention pour leur côté mignon et fragile. Je n'avais qu'une seule envie : les écraser, les casser, les émietter", explique Mar Cuervo sur son site Internet.

Elle poursuit : "J'ai utilisé ma colère contre l'obsession de la société pour tout ce qui est parfait. La colère, ce sentiment souvent passé sous silence : on considère que c'est une mauvaise chose, qu'il faut l'éviter, ne pas la montrer. Pourtant, c'est un des plus beaux sentiments que l'humain peut avoir. Parce que c'est celui dont nous avons besoin pour mettre un coup de pied dans la fourmillère."

On vous laisse avec les fameuses images de barbarie sucrée.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 06/05/2016