Accéder au contenu principal

Cinq îles Salomon disparaissent à cause de la montée des eaux du Pacifique

Cette photo distribuée par les Nations unies le 4 septembre 2011 a été prise depuis l'avion du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui se rendait sur les îles Salomon.
Cette photo distribuée par les Nations unies le 4 septembre 2011 a été prise depuis l'avion du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui se rendait sur les îles Salomon. Eskinder Debebe, AFP

La montée des eaux du Pacifique a fait disparaître cinq îles des Salomon, révèle samedi une étude scientifique. Il s'agissait d'îles non habitées, mais porteuses de végétation, et d'une superficie allant jusqu'à cinq hectares.

Publicité

Cinq îles de l'archipel des Salomon, dans le Pacifique, ont disparu en raison de la montée des eaux et de l'érosion côtière, selon une étude scientifique australienne publiée samedi 7 mai, et six autres sont fortement touchées.

Les cinq îles qui ont totalement disparu étaient non habitées mais porteuses de végétation, d'une superficie allant jusqu'à cinq hectares et que les pêcheurs utilisaient parfois comme escale. "Il ne s'agit pas seulement de petits îlots sablonneux", a expliqué à l'AFP l'un des scientifiques auteurs de l'étude, Simon Albert.

>> À voir sur France 24 : "Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau ?"

Sur les six autres îles touchées, l'érosion de la côte a précipité une dizaine de maisons dans la mer depuis cinq ans, et obligé deux villages à se relocaliser plus à l'intérieur.

Les îles Salomon sont particulièrement menacées à la fois par la montée des eaux, qui est près de trois fois plus importante dans ce secteur que la moyenne mondiale, et par des vagues particulièrement violentes qui érodent les côtes.

La réaction locale à cette évolution peut également servir d'exemple pour les pays menacés par la montée des eaux, expliquent aussi les scientifiques, qui notent que la ville de Taro, capitale de la province de Choiseul, a déjà prévu de se relocaliser vers des terres plus hautes.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.