Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les orangs-outans meurent pour des biscuits

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Martin Fayulu tend la main à Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gaspard Gantzer : "Sur les carburants, le gouvernement doit continuer à expliquer"

En savoir plus

LE DÉBAT

Gaza : annonce d'un cessez le feu

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un monde à portée de main", le roman en trompe-l'œil de Maylis de Kerangal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Uhuru Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christine Lagarde et Jim Yong Kim : "Il faut un multilatéralisme plus inclusif"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un opposant à Maduro raconte sa détention dans les geôles du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

L'Arabie saoudite accroît investissements et influences en Bosnie

En savoir plus

Amériques

Brésil : Dilma Rousseff saisit la Cour suprême pour stopper la procédure de destitution

© Evaristo Sa, AFP | Les avocats de Dilma Rousseff doivent demander, mardi 10 mai 2016, "l'annulation du processus de destitution" de la présidente brésilienne.

Vidéo par Nicolas RANSOM

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/05/2016

En saisissant la Cour suprême, Dilma Rousseff joue sa dernière carte pour tenter d'interrompre la procédure de destitution qui la menace. Les sénateurs doivent décider mercredi de son avenir par un vote dont l'issue laisse peu de doute.

Les avocats de la présidente brésilienne, Dilma Rousseff, tentent le tout pour le tout.  Mardi 10 mai, ces derniers ont saisi la Cour suprême du Brésil pour tenter de faire annuler la procédure de destitution à l'encontre de la dirigeante.

Ces avocats, qui représentent juridiquement la chef de l'État et son gouvernement, ont annoncé qu'ils demanderaient "l'annulation du processus de destitution".

>> À voir sur France 24 : "Le sort de Dilma Rousseff entre les mains du Sénat"

Quarante-et-une voix pour faire tomber Rousseff

Dans le même temps, le Sénat brésilien s'apprête, lui, à faire tomber Dilma Rousseff. Lors d'un vote, mercredi 11 mai, les sénateurs anti-Rousseff doivent réunir une majorité simple de 41 voix (sur 81), pour suspendre la présidente de ses fonctions pendant six mois. La mise à l'écart de Dilma Rousseff est donnée comme pratiquement sûre. Une cinquantaine de sénateurs se sont dits pour et 21 contre.

Le temps d’un procès en destitution, la présidente sera remplacée par le vice-président Michel Temer, membre du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB).

Grève nationale

Le vote de ce mercredi couronne une semaine riche en rebondissements. Lundi, le nouveau président de la Chambre des députés, Waldir Maranhao, avait annoncé sa décision... d’annuler la procédure de destitution de la présidente prise par les députés le 17 avril dernier. Il avait mis en avant un vice de procédure. Mais face à la pression des anti-Rousseff, Waldir Maranhao a finalement rétropédalé le lendemain.Ces multiples revirements avaient plongé Brasilia dans la plus totale confusion.

>> À lire sur France 24 : "Destitution de Dilma Rousseff : une bataille politico-judiciaire qui s'annonce longue"

Malgré son ton combatif, Dilma Rousseff semblait s'être résignée à un départ forcé. Dans son bureau du Planalto, le palais présidentiel, ses conseillers ont rangé ses affaires et débarrassé les étagères. Mais ses partisans ne baissent pas les bras. Le Parti des travailleurs et plusieurs syndicats ont déjà appelé à une grève nationale.

Avec AFP

Première publication : 10/05/2016

  • BRÉSIL

    Brésil : la justice suspend le président de l'Assemblée et rival de Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Brésil : imbroglio autour de la procédure de destitution de Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Brésil : le président de l'Assemblée approuve le processus de destitution de Rousseff

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)