Accéder au contenu principal

Royaume-Uni : une délégation chinoise fait vaciller la légendaire diplomatie d'Elizabeth II

La reine en pleine discussion avec l'officier Lucy d'Orsi, le 10 mai 2016.
La reine en pleine discussion avec l'officier Lucy d'Orsi, le 10 mai 2016. Capture d'écran Youtube

Après les déclarations de David Cameron sur le Nigeria et l’Afghanistan "deux des pays les plus corrompus du monde", c’est au tour de la reine d’Angleterre de faire une bourde. Elizabeth II s’en est pris à une délégation chinoise jugée "impolie".

Publicité

Une délégation chinoise "impolie". Dans la bouche de Sa Majesté, d'ordinaire si consensuelle, ce commentaire ne passe pas inaperçu. Dans une vidéo rendue publique mercredi 11 mai, enregistrée lors d’une réception officielle à Buckingham Palace la veille, la reine Elizabeth II a déclaré que plusieurs diplomates chinois, en visite l’année dernière au Royaume-Uni, avaient été "impolis".

L’échange a eu lieu lors d’une conversation avec Lucy d’Orsi, un officier de police. Cet agent a été présenté à la reine en tant que commandant chargé de superviser la sécurité du président chinois Xi Jinping lors de sa visite au Royaume-Uni en octobre dernier. "Pas de chance", lui aurait rétorqué la Reine.

>> À lire sur France 24 : "David Cameron : 'Le Nigeria, l'Afghanistan, peut-être les deux pays les plus corrompus du monde'"

Lucy d’Orsi s’est notamment plainte à Sa Majesté du comportement de certains membres de la délégation chinoise confessant que sa mission avait été "compliquée". Selon la vidéo (ci-dessous), plusieurs d'entre eux n’auraient en effet pas suivi le protocole en vigueur et seraient tout bonnement… partis alors que se déroulait une visite officielle au Lancaster House en présence de l’ambassadeur britannique en Chine, Barbara Woodward. Ils auraient ensuite déclaré que "le voyage était terminé".

"C’était très impoli et peu diplomatique de leur part", a continué Lucy d’Orsi. "Ils ont été très impolis avec l'ambassadeur", a répondu la reine. 

Pour l'heure, Pékin n’a pas commenté les propos d’Elizabeth II. Buckingham Palace n’a pas non plus souhaité faire de déclarations sur les "conversations privées de la reine".

C'est la deuxième fois cette semaine que le Royaume-Uni fait face à de telles bourdes diplomatiques. David Cameron, filmé le même jour, a été surpris en train d'expliquer à la reine Elizabeth II que des dirigeants de pays "incroyablement corrompus", comme le Nigeria et l'Afghanistan, assisteraient jeudi au sommet international contre la corruption organisé à Londres.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.