Accéder au contenu principal

"X-Men: Apocalypse" : que valent les nouveaux mutants ?

Le film "X-Men : Apocalypse" sort le 23 mai au cinéma.
Le film "X-Men : Apocalypse" sort le 23 mai au cinéma. FOX

Le dernier volet de la saga "X-Men" débarque dans les salles françaises le 18 mai. Mashable FR a pu voir le film en avant-première. Des nouveaux mutants font leur entrée, mais que valent-ils ?

PUBLICITÉ

*** ATTENTION SPOILERS ***

Cela fait maintenant plus de 16 ans que les films "X-Men" envahissent régulièrement nos salles obscures. Lancée en 2000 soit 8 ans avant l'univers cinématographique Marvel, la franchise de la Fox fait figure de vétéran dans le domaine des univers partagés.

VOIR AUSSI : "X-Men : Apocalypse", le big boss de Marvel, montre son visage dans un nouveau trailer

Au fil des années, il y a eu du bon et du moins bon. Après les excellents premiers opus, la saga avait été plombée par le très moyen "X-Men 3: Last Stand" et l'indigeste "X-Men Origins: Wolverine". Mais ces dernières années, elle a trouvé un second souffle en rajeunissant les personnages dans une série de préquelles et le spin-off déjanté "Deadpool".

Les personnages ont peu à peu été recastés : James MacAvoy et Michael Fassbender ont succédé avec brio à Patrick Stewart et Ian MacKellen dans les rôles du professeur Xavier et Magneto. Nicholas Hoult a repris celui du Fauve tandis que Jennifer Lawrence a emmené le rôle de Mystique dans une nouvelle direction.

Avec "X-Men: Apocalypse", c'est maintenant au tour de Cyclope, Jean Grey, Tornade et Nightcrawler de changer de visage. Pari réussi ?

Scott Summers a.k.a. Cyclope

C'est par ses yeux qu'on découvre les années 80 où se déroule "X-Men: Apocalypse". Le moins qu'on puisse dire, c'est que Tye Sheridan est plus que convaincant dans son rôle d'adolescent mal dans sa peau. Il est le point d'accroche émotionnel du film : très touchant dans sa peur de blesser les autres avec ses pouvoirs destructeurs, dans les épreuves qu'il subit au long du film et dans son alchimie avec Jean Grey. Sheridan fait largement oublier le trop insipide James Marsden qui tenait le rôle de leader des X-Men dans les premiers films.

Jean Grey

La rouquine la plus célèbre des X-Men est de retour. Exit Famke Janssen, bienvenue à Sophie Turner (Sansa dans "Game of Thrones"). Tout comme Tye Sheridan, elle livre une performance solide, jouant l'équilibriste entre la jeune fille sûre d'elle, mais terrifiée par le potentiel destructeur de ses pouvoirs. En parlant de ça, plusieurs petits indices nous confirment que le personnage de Sophie Turner devrait jouer un rôle majeur dans la suite, déjà annoncée par la Fox.

Tornade

Incarné par Halle Berry dans les premiers films de la franchise, le personnage de Tornade a aussi le droit à sa cure de jouvence. Dans "X-Men: Apocalypse", Tornade n'est qu'une adolescente utilisant ses pouvoirs pour survivre dans les rues du Caire. Si le personnage est un peu développé au début du long-métrage, elle finit malheureusement par jouer les faire-valoir le reste du film. On espère la voir davantage dans les prochains opus d'autant que Alexandra Shipp semble très à l'aise avec le personnage.

Nightcrawler

Aperçu dans "X-men II", le personnage de Nightcrawler fait son grand retour. Virage à 180 °C : au revoir le personnage religieux et torturé, place au Diablo que les fans des comics adorent : un personnage courageux et drôle. Kodi Smit-McPhee est le "comic relief" du film et ça fait du bien.

Les gros ratés : Psylocke, Angel et Apocalypse

Si l'introduction de la plupart des nouveaux personnages est réussie, d'autres n'ont pas cette chance. Exemple avec Olivia Munn (Psylocke), qui semble n'avoir été engagée que pour sa plastique. Alors que ses équipiers ont droit à des armures, sa tenue fait plus office de cosplay sexy. Le fait que le personnage ait tout au plus 5 répliques n'aide d'ailleurs pas. Dommage, vue la matière d'origine dans les comics, Psylocke avait pourtant du potentiel.

Autre personnage complètement à côté de la plaque : Angel. Il faut dire que Ben Hardy n'est pas aidé par le scénario. Il passe pour un ado rebelle et torturé qui aurait trop regardé "Fight Club".

Enfin, dernier raté : le méchant Apocalypse, incarné à l'écran à l'écran par Oscar Isaac (Poe Dameron dans "Star Wars VII"). L'acteur est d'habitude excellent, mais tout semble ligué contre lui. En cause : un maquillage lourdingue qui annihile toute expression faciale, un costume qu'on peut qualifier au mieux de discutable et une voix en mode "autotune" qui sort constamment le spectateur du film. Le personnage aurait pu être sauvé par ses sidekicks mais même ses 4 cavaliers de l'apocalypse le tirent vers le bas.

Le plus grand méchant de l'histoire des X-Men méritait sans doute beaucoup mieux.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.