Découvertes

Comment partir en vacances... sans vraiment partir

Et si vous partiez en vacances... sans vraiment partir ?
Et si vous partiez en vacances... sans vraiment partir ? The Washington Post / Getty Images

Les beaux jours arrivent, mais les vacances d'été sont encore loin. Voici quelques idées pour partir en vacances... sans aller bien loin.

Publicité

Si tous les jours vous arrachez rageusement les pages de votre calendrier de bureau et si même cette chemise hawaïwienne immonde que portait votre voisin de pallier ce matin (en sortant les poubelles) vous a donné envie le serrer dans vos bras, Mashable FR est dans le regret de vous annoncer que vous avez un sévère besoin de vacances. 

Bonne nouvelle : selon de très sérieuses études menées par un consortium de scientifiques qui ont les doigts de pieds en éventail même dans leurs chaussures de ville (nous), il serait possible de voyager... même sans partir. La preuve par trois.

VOIR AUSSI : Comment appliquer le "droit à la déconnexion" sur son lieu de travail ?

1. Comportez-vous comme un touriste dans votre propre ville

Avez-vous remarqué comme tout devient plus léger lorsque vous êtes en vacances loin de chez vous ? Tout à coup, vous marchez plus doucement dans la rue ("Sympa, ce lampadaire"), vous levez les yeux vers le ciel ("Ce nuage ressemble beaucoup au manche de ma brosse à dents électrique") et vous faites preuve de plus de spontanéité ("Et si on mangeait une glace ? J'AI ENVIE D'UNE GLACE"). C'est sûr qu'il vous viendrait moins à l'esprit de flâner dans votre propre quartier. En effet, quel intérêt y a-t-il encore à observer les façades d'immeubles de votre rue quand vous connaissez déjà plus que par cœur le chemin qui sépare votre porte d'entrée de la station de métro la plus proche ? Vous pourriez même faire le trajet les yeux bandés ? "BONJOUR L'EXOTISME".

Oh, allez, ça suffit les jérémiades, on prend cet état d'esprit blasé, on le roule en boule et on tire la chasse. Armez-vous plutôt d'une feuille et d'un stylo, et listez tous ces trucs que vous n'avez jamais fait dans votre ville. Oui, pourquoi pas ces trucs clichés aussi, mais que ça vous amusera sans doute de faire. Comme par exemple : habiter Paris et retourner gravir les 357 marches de la tour Eiffel pour la troisième fois de sa vie – la première ayant été une sortie scolaire à l'école primaire et la deuxième, cette fois où vous avez reçu la visite de votre ami polonais rencontré en Erasmus. Ou encore : faire la queue pour acheter un macaron Ladurée au milieu des touristes chinois – alors qu'on sait tous qu'ils sont moins bons que ceux de Pierre Hermé.

2. Listez les cuisines du monde que vous ne connaissez pas

Sortir un peu du quotidien, c'est aussi essayer de ne pas manger toujours la même chose. Alors oui, on sait bien que voslinguine aux crevettes sont toujours une bonne option de milieu de semaine et que le bistrot du coin sert une excellente entrecôte sauce roquefort... Mais que diriez-vous de manger des piérogis (raviolis polonais) samedi soir, un yassa de poulet (ragoût sénégalais) dimanche midi ou encore une cassave (galette antillaise) dimanche soir ?

VOIR AUSSI : Street food : il n'y a pas que le kebab et le panini

Il y a forcément dans votre ville des endroits où manger des choses que vous n'avez encore jamais mangé. Voyager à bout de fourchette vous plaira à coup sûr. Et on compte sur vous pour ne pas vous faire livrer une pizza Dominos en vous félicitant de "manger italien". Allez, tenez, un exemple : connaissez-vous les injera, ces galettes de mil fermentées et légèrement acides que l'on mange avec du zigni, un ragoût de boeuf épicé ? Direction les hauts-plateaux érythréens garantie.

Autre option : pousser la porte d'une de ces épiceries exotiques et acheter les ingrédients que vous ne connaissiez pas. Ensuite, demandez au vendeur (ou regardez sur Internet) les recettes que vous pourrez bien suivre avec ces inconnus. C'est notamment comme ça que je me suis retrouvée à cuisiner du lakh sénégalais.

3. Remontez les cours d'eau et allez en banlieue

Il y a souvent "un cours d'eau pas loin de la maison". La plupart du temps, on se contente de le longer dans la ville ou de le traverser pour rejoindre l'autre rive. Pourtant, il vous suffirait d'enfourcher un vélo pour le remonter et découvrir de charmants coins. Plus largement, un petit billet de TER suffit souvent à rejoindre une des pistes cyclables du réseau EuroVelo. Ce genre d'escapades peut tout à fait se prévoir sur un court week-end et le dépaysement (se rendre depuis Paris à La Charité-sur-Loire, rouler de longues heures au bord de la Loire, s'arrêter pour manger et dormir à Sancerre, rouler le lendemain jusque Briare puis revenir à Paris en train par exemple) est total.

Autre option : louer un petit bateau à moteur et prendre l'apéro sur l'eau – à Paris, les bateaux électriques sans permis Marin d'eau douce sont une belle façon de découvrir les moulins de Pantin avec un nouveau point de vue.

C'est sans parler de tous ces coins et recoins situés dans la proche banlieue de nos villes, et qui demeurent inconnus pour la plupart des citadins. Si vous vivez à Paris, pensez par exemple aux grands ensembles comme les Espaces d’Abraxas à Noisy-le-Grand, vestige des Trente Glorieuses et lointain souvenir du modernisme. Allez vous y perdre, ce sera une belle façon de ne pas vous contenter d'admirer les photos de Laurent Kronental

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine