Accéder au contenu principal

JO de Pékin : 31 athlètes convaincus de dopage après de nouvelles analyses

De nouvelles analyses ont mis en lumière au moins 31 cas de dopage lors des JO-2008 de Pékin.
De nouvelles analyses ont mis en lumière au moins 31 cas de dopage lors des JO-2008 de Pékin. AFP

De nouvelles analyses menées par le Comité international olympique (CIO) et l'Agence mondiale antidopage (AMA) ont mis en lumière au moins 31 cas de dopage lors des JO-2008 de Pékin. Certains athlètes pourraient être suspendus pour Rio-2016.

PUBLICITÉ

C'est une nouvelle affaire qui frappe le milieu du sport, à moins de trois mois du début des Jeux olympiques de Rio (5-21 août). Trente-et-un sportifs, issus de 12 pays et appartenant à six disciplines, ont été contrôlés positif lors des Jeux olympiques de Pékin en 2008, après de nouvelles analyses. Ils pourraient être exclus des Jeux de Rio, a annoncé le Comité international olympiques, mardi 17 mai.

"Le Comité international olympique a retesté 454 échantillon des Jeux de Pékin en 2008. Ces nouvelles analyses font suite à un travail avec l'Agence mondiale antidopage et les fédérations internationales", a indiqué le CIO par voie de communiqué. L'instance rappelle qu'elle souhaite "empêcher tous les dopés de participer aux Jeux de Rio".

Aucun nom ne sera divulgué avant que les athlètes concernés aient été informés et que les contre-expertises (échantillon B) aient eu lieu, a précisé un responsable olympique.

Ces nouveaux examens sont destinés à déceler des substances inconnues des contrôleurs lors des épreuves antérieures et à utiliser de nouvelles méthodes de détection plus efficaces. Le CIO a également prévu de procéder à 250 nouveaux examens d'échantillons prélevés sur des athlètes lors des JO de Londres en 2012.

Douze fédérations sportives nationales seront informées dans les jours qui viennent, affirme le comité international.

Dans la foulée du scandale russe

Ces mesures interviennent après les révélations faites par l'ancien chef de l'agence antidopage des Jeux d'hiver de Sotchi qui a dénoncé un programme de dopage de la part de l'État russe lors des compétitions de 2014.

Dans un témoignage publié par le New York Times, Grigory Rodtchenkov raconte comment une centaine d'échantillons d'urine ont été remplacés clandestinement afin de favoriser les athlètes russes qui avaient dominé la compétition. La Russie avait terminé à la première place de ses JO.

Le CIO a demandé à l'AMA d'ouvrir "une enquête complète" sur les déclarations faites par Grigory Rodtchenkov.

"Les nouveaux examens sur les échantillons de Pékin et de Londres et les mesures que nous avons prises après les déclarations préoccupantes visant le laboratoire de Sotchi sont une nouvelle étape majeure pour protéger les athlètes propres de tous sports et de toutes nations", affirme le CIO.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.