Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Guimauve féminisée"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, mardi 17 mai, une interview du pape, les enfants manipulés du groupe Etat islamique, la suite du mouvement social, les ambitions d’Arnaud Montebourg et l’avis de Christine Boutin sur la mobilisation contre le harcèlement sexuel en politique.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
A la Une de la presse française, ce matin, la première interview accordée par le pape François à un journal français, depuis son élection, en 2013.
 
Dans cet entretien accordé à la Croix, le souverain pontife revient, notamment, sur l’affaire Barbarin. Selon lui, une démission de l’archevêque de Lyon, mis en cause pour ne pas avoir dénoncé des affaires de pédophilie et d’agression sexuelles dans son diocèse, serait «un contresens, une imprudence». «On verra après la conclusion du procès. Mais maintenant, ce serait se dire coupable», juge-t-il. Le souverain pontife, qui aborde, par ailleurs, de nombreux thèmes, comme les racines chrétiennes de l’Europe, ou son idée de la France, entend surtout faire passer ce message: «Nous sommes tous égaux, comme fils de Dieu ou avec notre dignité de personne». Un message destiné, notamment, à rappeler à l’Europe et à la France le devoir d’accueillir et d’intégrer les migrants. Le pape François, dont le Kremlin tente de se rapprocher, d’après le Figaro, qui raconte que la manœuvre de Moscou est destinée à la fois à s’offrir «un gage de moralité» pour «faire oublier» la guerre en Ukraine et en Syrie et à «faciliter la normalisation de ses relations avec la communauté internationale». Un rapprochement que le Vatican ne verrait pas d’un œil défavorable, dans la mesure où la Russie est perçue comme «le meilleur levier pour influencer la crise syrienne», et notamment assurer la défense des chrétiens d’Orient. De là à évoquer une «alliance stratégique», il y a un pas que le Figaro ne franchit pas, citant cette analyse d’un diplomate français: «Sur le fond, tout oppose le pape François à Vladimir Poutine. L’humaniste et le cynique restent aux antipodes».
 
La guerre en Syrie, on vient de l’évoquer, attire des milliers de jeunes radicalisés. Parmi eux, de très jeunes Français. Après la diffusion, ce week-end, par le groupe Etat islamique d’une vidéo mettant en scène un jeune garçon présenté comme français dans le rôle d’un bourreau, le Parisien s’indigne du sort de «ces enfants manipulés». Le journal rappelle que ces mineurs «sont des victimes avant de devenir des bourreaux», «des outils de propagande utilisés par des barbares comme le régime nazi ou les Khmers rouges avaient pu le faire en leur temps».
 
A la Une également, ce matin, la poursuite du mouvement social, en France, contre la loi Travail. Une partie des syndicats français appelle à la grève, dans les transports, notamment. «Après une fronde politique, François Hollande affronte une semaine de contestation sociale», relève le Figaro, qui voit le président «attaqué de toutes parts». Attaqué, notamment, par son ancien ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg, qui juge que «le pays continue à s’affaisser et à la population à s’affaiblir», en laissant planer le doute sur ses ambitions présidentielles. Une prudence que le Figaro explique par l’obligation pour Montebourg, de «ne pas mettre la charrue avant les bœufs»: «le vice-président d’Habitat a la lucidité de savoir que les conditions de sa candidature restent à créer», ironise le journal, tandis que l’Opinion ironise sur son pari présidentiel: «très ambitieux, si ce n’est intenable»: pas de financement, pas de parti, et peu de troupes.
 
On termine avec la réaction de Christine Boutin à l’appel de 17 anciennes ministres contre le harcèlement sexuel - un appel lancé après l’affaire Baupin. «Honte de ces anciennes ministres qui laissent entendre que les hommes sont des obsédés. Marre vraiment marre», a lancé la présidente d’honneur du Parti chrétien Démocrate, qui a notamment justifié sa colère par cet argument: «Je ne veux pas qu'on tombe dans le puritanisme. Je pense que la gauloiserie fait partie de l'identité française». Lu sur le site de l’Obs.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.